Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 14:16
De nos frères blessés - Joseph Andras

Éditions Actes Sud - 2016 - 140 pages

Alger, 1956. Fernand Iveton, ouvrier, soutient le peuple algérien dans son combat pour la liberté à disposer de lui-même. Il s'engage auprès d'un petit groupe clandestin et pose une bombe dans l'usine où il travaille, à l'écart des ateliers. Car l'objectif n'est pas de faire des victimes mais de marquer les esprits. La bombe est decouverte avant qu'elle n'explose et Fernand est arrêté. Emprisonné, assisté d'un avocat, l'un comme l'autre sont plutôt confiants sur la suite donnée à cette affaire, dans la mesure où il n'y a pas eu de victimes. Mais c'est sans compter sur les tensions politiques et de l'opinion publique autour du conflit algérien...

Ce petit livre (140 pages) entend faire œuvre de mémoire autour de la figure de Fernand Iveton, jeune Français de trente ans, vivant en Algérie, où il était arrivé avec ses parents alors qu'il était encore enfant. L'Algerie, c'est sa terre, et il apporte son soutien à ceux dont il considère légitime qu'ils aspirent aux mêmes droits et à la même liberté que les Français de métropole. Fernand n'est pas un politique, il croit en ses idéaux, a foi en la liberté, l'égalité et la justice. Et le but de l'action de poser une bombe est bien de marquer les esprits, éveiller les consciences et surtout ne pas faire de victimes. Il appartient à un petit groupe d'idéalistes comme lui, quatre ou cinq personnes tout au plus.

D'abord serein, il réalise au fur et à mesure de sa détention que les choses risquent de ne pas tourner en sa faveur. Il est dépeint comme un terroriste pour l'opinion publique, et les "événements d'Algérie " tendent chaque jour de plus en plus la classe politique française. Il faut donc envoyer un message fort pour dissuader cette rébellion. Fernand Iveton le paiera de sa vie. Incontestablement, il aura fait figure d'exemple - l'épilogue du livre va en ce sens. Cette justice, à laquelle il croyait tant, ne lui aura pas rendu la pareille. Le livre raconte les méthodes policières, la torture.

D'un autre côté, cet état de fait suscite la réflexion. Que Fernand Iveton ait servi d'exemple, dans un contexte bien particulier, c'est indiscutable. Seulement, où place-t-on la limite dans le jugement d'une personne qui pose une bombe, pour la considérer ou non comme terroriste? La réponse n'est pas simple. Ce livre traite d'un fait historique, sur lequel nous avons aujourd'hui un peu de recul, mais la question se pose tous les jours. En tous cas, cela mérite réflexion, et c'est tout l’intérêt pour moi de ce genre de livres. Je serais curieuse de savoir pourquoi l'auteur a choisi ce thème et cette figure pour son premier roman

De plus, l'écriture est très belle, je ne saurais donc que trop vous conseiller la lecture de ce livre.

Il a obtenu le Prix Goncourt du premier roman -ce qui a fait scandale car il ne figurait pas dans la liste finale- mais son auteur l'a refusé.

Ma note:

De nos frères blessés - Joseph Andras
De nos frères blessés - Joseph Andras
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 13:34
Hiver rouge - Dan Smith

Editions Le Cherche-Midi- 2015 pour la traduction française - 464 pages

Quatrième de couverture: 1920, Russie centrale. La terreur s’est abattue sur le pays. À la mort de son frère, Nikolaï Levitski a déserté l’Armée rouge pour aller l’enterrer dans son village. Mais lorsqu’il arrive dans la petite communauté, perdue en pleine nature, c’est la stupéfaction. Les rues sont vides et silencieuses. Les hommes ont été massacrés dans la forêt alentour, les femmes et les enfants ont disparu. Nikolaï se met alors sur la piste des siens. C’est le début d’une quête aussi désespérée que périlleuse dans une nature hostile, au cœur d’un pays ravagé par la guerre civile

Voilà plusieurs mois que j'ai ce livre dans ma PAL. Je l'ai commencé puis mis de côté. Pourquoi?

Eh bien parce que j'avais lu dans le cadre du prix Elle le premier titre traduit de cet auteur, Le village. Que j'avais aimé globalement, il s'agissait d'un thriller haletant que j'avais lu avec plaisir, même si je lui reconnaissais quelques défauts.

Seulement, à la lecture d'Hiver rouge, j'ai eu l'impression de lire exactement le même livre: même décor, même époque, même quête d'un homme, ancien soldat, qui part à la recherche de sa famille disparue. Bref, c'était troublant. De ce fait, je n'ai pas eu l'impression de lire quelque chose de nouveau.

Moralité, je vous conseille l'un ou l'autre, Le village ou Hiver rouge, mais pas les deux!

Un grand merci à Solène des éditions du Cherche-Midi qui a eu la gentillesse de m'envoyer ce livre. Je continue à suivre les publications de cette maison d'éditions que j'aime beaucoup.

Ma note:

Hiver rouge - Dan Smith
Hiver rouge - Dan Smith
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 13:13
Brillante - Stéphanie Dupays

Editions Mercure de France - 2016- 180 pages

Claire est une femme heureuse et épanouie. Tout lui sourit: elle occupe une place importante au service marketing d'un grand groupe agro-alimentaire où elle relève brillamment les défis qui lui sont proposés. Elle vit avec Antonin, son pendant masculin, qui travaille dans la finance. La réussite professionnelle et sociale, voilà ce qui définit et motive Claire.

Seulement, le jour où sa chef, avec qui elle était jusqu'alors très complice, la tient à distance afin d'éviter de lui faire de l'ombre, Claire vit très mal cette mise en quarantaine, remettant en cause tous ses repères.

S'il n'avait été proposé par l'opération Les 68 premières fois, je n'aurais jamais lu ce livre. Déjà la couverture puis l'histoire, voilà qui signifiait pour moi chick-lit teintée de mom-porn. Finalement, on n'est pas tout à fait dans ce registre-là. Le livre traite du monde impitoyable du travail, dans un univers bien particulier, celui d'un grand groupe où chacun doit tirer son épingle du jeu pour exister. On est constamment dans un jeu de séduction, tant physique que mental. On monte très vite, la chute s'en trouve d'autant plus difficle lorsqu'elle survient.

L'auteure décrit tous les codes d'appartenance à ce monde, parisien, où l'on existe par sa réussite, son argent, son pouvoir, méprisant ceux qui ont plus foi en les relations humaines. Jusqu'à ce que la disgrâce recentralise un peu les vraies valeurs.

Alors bien sûr, cette peinture sonne plutôt juste, même si les personnages et les situations frisent parfois la caricature. J'ai pu m'identifier, reconnaitre des situations auxquelles je suis parfois confrontées. Très bien. Seulement, je n'ai rien appris et le tout reste tout de même très classique assez prévisible. Bref, sans plus.

Ma note:

Brillante - Stéphanie Dupays
Brillante - Stéphanie Dupays
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 13:04
Hypothermie - Arnaldur Indridason

Editions Métailié- 2007 pour l'édition originale- 2010 pour la traduction française- 304 pages

Erlendur vient constater le suicide par pendaison d'une jeune femme, Maria, dans son chalet. Son mari, Baldvin, parait peu surpris, expliquant que sa femme ne s'était jamais remise cde la mort de sa mère avec laquelle elle entretenait une relation quasi fusionnelle. Erlendur découvre également que Maria a perdu son père lorsque celle-ci était enfant, noyé dans un lac.

Alors que la thèse du suicide n'a aucune raison d'être remise en cause, Erlendur s'attache à découvrir ce qui a poussé cette femme à commettre cet acte extrême.

Parmi toutes les figures d'enquêteurs de la littérature policière, je crois qu'Erlendur fait partie de mes préférés, voire mon favori. Car ce que j'aime chez Arnaldur Indridason, c'est sa capacité à faire la part belle à ses personnages. Cette enquête, qui n'en est pas vraiment une d'ailleurs puisque le suicide comme cause de la mort est bien confirmé, s'apparente davantage à une quête. D'abord, guidée par son instinct de policier qui le pousse à aller plus loin dans les investigations.

Et aussi car elle rappelle à Erlendur le drame personnel qu'il a vécu enfant: la disparition de son petit frère dans une tempête de neige, et dont le corps n'a jamais été retrouvé. Cet événement a marqué non seulement la famille qui ne s'est jamais vraiment remise, mais encore plus Erlendur qui était à ses côtés lorsque la tempête s'est levée. Lui en a réchappé, son frère non. Le thème des disparitions est toujours très présent chez cet enquêteur.

Dans cet opus, on en apprend aussi plus sur la vie privée d'Erlendur. Ses relations parfois diffciles avec son ex, ses enfants. Et les difficultés qu'il rencontre dans les relations humaines tout court, sans doute liées à ce drame qui le hante depuis l'enfance.

On passera donc sur le fait qu'il soit en mesure de passer du temps sur une affaire qui n'en est pas une (et qu'en est-il des autres dossiers actifs?? A-t-il du temps à revendre?), chose qu'il entreprend d'ailleurs sans en avertir sa hiérarchie. Car lire un livre d'Indridason, c'est la garantie d'un moment de lecture de grande qualité. Je suis fan, j'vous dis...

Ma note:

Hypothermie - Arnaldur Indridason
Hypothermie - Arnaldur Indridason
Published by monpetitchapitre
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 17:05
Branques - Alexandra Fritz

Éditions Grasset- Collection Le Courage- 2016-150 pages

Quatre patients d'un hôpital psychiatrique :Jeanne, trente ans, dont on lit des extraits de son journal intime; Tête d'ail, Mélanie alias Isis, jeune maman et Frisco. Ils prennent tour à tour la parole pour mettre des mots sur leurs sentiments, dans cet univers si particulier.

Je ne sais que dire de ce livre et mon résumé s'en ressent je pense. Je ne suis pas rentrée dans cette histoire, je n'ai pas été touchée, ni par les personnages, ni par l'écriture. J'ai essayé mais j'ai abandonné à la moitié, ce livre n'était pas fait pour moi.

Ma note:

Branques - Alexandra Fritz
Branques - Alexandra Fritz
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 06:00
Comme neige - Colombe Boncenne

Éditions Buchet Chastel, collection Qui vive- 2016- 114 pages

Constantin Caillaud, la cinquantaine, comptable dans une imprimerie parisienne, découvre par hasard dans le coin des soldes de la maison de la presse de Crux-la-Ville, un livre intitulé Neige noire d'Emilien Petit, un de ses auteurs favoris. Emballé par cette decouverte, il déchante vite quand il s'aperçoit que nul n'a entendu parler de ce livre, remettant ainsi en doute son existence même, d'autant plus qu'il n'arrive pas à remettre la main sur son exemplaire. Mais ce livre, il l'a pourtant bien eu entre les mains?

Comme annoncé dans la quatrième de couverture, ce court roman entend emmener le lecteur sur le terrain de la frontière ténue entre la réalité et la fiction. Et c'est effectivement le cas et ce sujet, pas de chance, j'en ai eu ma dose. Donc au niveau de l'histoire, je l'ai suivie mais sans plus.

En revanche, j'ai beaucoup plus accroché avec le style de cette jeune auteure que j'ai touvé vraiment très bon. Ce livre est bourré d'humour, fin. Comme je l'ai dit, l'histoire ne m'a pas emballée plus que ça et pourtant j'ai lu avec énormément de plaisir. Le tour que prend le récit se révèle particulièrement original, et inattendu, notamment quand Constantin se met à écrire à des écrivains, amis d'Emilien Petit, qui sont de vraies personnes : ainsi sont mis en scène Jean-Philippe Toussaint, Olivier Rolin...j'ai trouvé cette idée très drôle.

Une belle decouverte et un début très prometteur.

Ma note :

Comme neige - Colombe Boncenne
Comme neige - Colombe Boncenne
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 09:55
Encore - Hakan Günday

Editions Galaade - 2015 pour l'édition originale et la traduction française- 371 pages

Gaza n'a que neuf ans lorsqu'il est initié au métier de passeur de clandestins qu'exerce déjà son père. Très vite, il est confronté à la déshumanisation , de ces clandestins qu'on appelle marchandises, et puis aussi à la sienne.

La première partie du livre traite de l'activité de passeur, à travers les yeux d'un enfant d'une dizaine d'années puis adolescent, plongé très tôt dans ce monde de violence, sans pitié qu'est le trafic d'êtres humains. Au début réticent à suivre les traces d'un père (il est orphelin de mère), un personnage cynique et insensible, dont il ne sait s'il faut l'aimer ou non, il perd rapidement toute forme d'humanité face à cette marchandise qu'il faut emmener d'un point A vers un point B, sans encombre, c'est-à-dire sans en perdre. C'est pourtant ce qui arrive un jour à Gaza qui, faute d'avoir ouvert une porte pour laisser le minimum d'oxygène nécessaire, laisse mourir un clandestin afghan. Et cette mort va le hanter toute sa vie. S'ensuivent des viols, des tortures psychologiques.

Puis, à la suite d'un événement dont je ne dévoile rien ici, Gaza va s'engager sur le chemin de la rédemption. Mais celui-ci est long et semé d'embûches. Parce que Gaza est un être très abîmé, pas si facile à réinsérer pourrait-on dire. Son instinct de dominateur, voire de predateur qui lui a ete inculqué tout petit le rattrape souvent.

J'ai beaucoup aimé la première partie du livre. Le récit est glaçant mais très empreint de réalisme. L'auteur montre bien que son personnage a appris très tôt ce qu'était l'instinct de survie, la loi du plus fort aussi , l'idée de sauver sa peau, à l'instar de ce que lui relate son père au tout début du livre (il a survécu au naufrage d'un bateau en volant la bouée de sauvetage d'un vieil homme malade). Toute l'activité de passeurs ne se limite pas qu'à quelques personnes mais qui continue de fonctionner avec la complicité de policiers, des notables corrompus à qui l'on verse des pots-de-vin.

Pour ce qui est de la seconde partie, je ne sais pas si cela est trop abstrait pour moi, mais j'ai décroché. Le rythme devient plus lent, j'ai trouvé que le récit manquait de souffle à moment-là. Pourtant, la réflexion sur la possibilité d'une rédemption chez des gens qui ont baigné dans la violence sous toutes ces formes mérite d'être soulevé, j'en conviens parfaitement, mais je me suis un peu perdue..

Une lecture en demi-teintes, mais toute la partie sur le trafic d'êtres humains est particulièrement saisissante.

Ma note:

Encore - Hakan Günday
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 12:56
Trois jours et une vie - Pierre Lemaitre

Editions Albin Michel - 2016- 279 pages

1999, Beauval, un village (petite ville) de région parisienne. Antoine, douze ans, est un enfant plutôt solitaire qui passe ses journées à construire des cabanes dans la forêt de St-Eustache. Il est souvent rejoint par Rémi, le fils des voisins âgé de six ans. Ce jour-là, mû par le chagrin de la mort du chien desdits voisins auquel il était attaché, dans un accès de colère et de violence incontrôlés, il tue le petit Rémi et dissimule son corps dans les bois.

Au bout de quelques heures, la disparition du petit garçon met en ébullition le village. Tout le monde part à sa recherche et Antoine s'attend à ce que le corps soit découvert et qu'il soit arrêté. Mais quelques jours plus tard, une terrible tempête s'abat sur Beauval, causant de nombreux dégâts. Les priorités changent...

Déjà, Pierre Lemaitre, je suis d'emblée séduite. Et cette lecture ne fait que confirmer. J'ai dévoré ce livre, bien qu'elle provoque un sentiment de malaise constant, que la lecture se révèle éprouvante. Notamment dûe au fait que nos sentiments envers Antoine sont divergents: d'un côté, on comprend que cette mort est un accident, le coupable n'a que douze ans. De l'autre, force est de constater que les faits sont là, un petit garçon a perdu la vie, une famille a perdu un fils ou un frère, et des suspects sont arrêtés. Antoine, tout jeune qu'il est, doit payer pour son crime. On est constamment tiraillé entre les deux sentiments.

Et puis, au milieu de tout ça, survient une tempête, qui redistribue les cartes, les priorités dans ce village. L'auteur nous livre une description plutôt âpre de ces villages figés, immuables, où les enfants prendront la place des parents, dénues d'ambition. Et cette image qu'a Antoine de ces gens, mais au fond, vaut-il mieux? Si oui, en quoi? Car en grandissant, le personnage d'Antoine devient de plus en plus antipathique. Et lorsqu'il reviendra à Beauval quelques années plus tard, il sera à nouveau confronté au passé.

J'ai lu quelques avis très mitigés sur la blogosphère mais en ce qui me concerne, j'ai été conquise.

Les avis deSandrine qui a aimé,Jérôme et Delphine qui l'on moins aimé...mais j'ai envie de vous donner envie!

Ma note:

Trois jours et une vie - Pierre Lemaitre
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 12:07
Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage - L.C. Tyler

Editions Sonatine- 2007 pour l'édition originale - 2012 pour la traduction française- 229 pages

Ethelred Tressider, la cinquantaine, est un écrivain qui écrit sous trois pseudos, des romans sentimentaux, historiques ou policiers. Mais là, c'est dans la vraie vie que cela se passe. Une voiture louée par son ex-femme Geraldine est retrouvée, vide, avec à l'intérieur une lettre d'adieu. Quelques jours plus tard, le corps de Geraldine est découvert : elle a été étranglée...

L'agent littéraire d'Ethelred, la fantasque Elsie, voit ici un scénario inespéré pour un futur livre et ne peut s'empêcher de vouloir mener l'enquête, en embarquant Ethelred.

Rien qu'à la lecture du titre, le ton est donné. On est dans l'humour british sur fond d'intrigue policière. Les personnages sont tous assez pittoresques, en particulier les deux protagonistes. Ethelred se laisse un peu vivre et mener par le bout du nez par son agent littéraire, personnage atypique s'il en est: méprisante envers la littérature dont elle ne voit qu'une source de revenus, accro au chocolat...

Le style d'écriture et le ton du récit se veulent clairement originaux, humoristiques et parfois, ça fait mouche. Faire rire sans être trop cliché et mener une intrigue, il faut bien reconnaître que l'exercice n'est pas simple.

Oui mais non. Malgré tout ces efforts, je n'ai pas réussi à rentrer dans cet univers, j'ai trouvé des longueurs et puis somme toute une histoire un peu faiblarde.

Je savais que le côté marketing du titre à rallonge ne me disait rien qui vaille. Et puis la quatrième de couverture compare le livre à Dix petits negres...faut pas pousser quand même! Après, je m'attendais à pire mais pas sûre que je réitèrerais l'expérience.

Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage - L.C. Tyler
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 10:47
Quais du Polar 2016 suite...

Depuis trois ans maintenant, j'y retourne chaque année et toujours avec autant de plaisir. Et pourtant (et c'est tant mieux quelque part!) ce festival a pris de plus en plus d'ampleur et attire toujours plus de monde à chaque édition. Il faut dire que cette manifestation, la plus grande d'Europe consacrée au genre dit-on, est vraiment de qualité.

J'apprécie la variété des auteurs présents, des têtes d'affiche (cette année Arnaldur Indridason, dont j'ai pu avoir un autographe "volé"), des auteurs qui commencent à se faire un nom (je pense à Sandrine Collette, déjà présente les années précédentes, mais là, on faisait la queue pour elle!), et ceux qui débutent. Ce qui apporte une richesse vraiment incroyable.

Ce qui m'intéresse, ce sont les conférences et cette année j'ai eu la chance d'en voir quatre en une journée. J'en profite pour souligner le rôle et la qualité des animateurs de ces débats, appelés modérateurs, qui participent à la qualité des échanges. Soyons honnêtes, ils ne sont pas tous bons, mais certains le sont, et je pense notamment à Christine Ferniot (Télérama, Lire) qui a animé la conférence sur le polar rural. Voici les conférences auxquelles j'ai assisté:

- Le polar français en campagne: chronique de la France rurale, avec Franck Bouysse, Antonin Varenne, Patrick Delperdange, Sandrine Collette, Benoît Minville. Intéressant de voir le profil de ces jeunes auteurs, avec un style (et pas que littéraire!) bien particulier, parler de ce milieu rural qu'on imagine plutôt vieillissant.

- L'Europe du foot, avec David Peace, Joseph Incardona et Michaël Mention. Conférence passionnante sur tout ce que le foot représente et réflète d'une société. S'en est suivi un échange très intéressant que j'ai eu avec Michaël Mention, que je ne connaissais que de nom.

- Inspiré de faits réels: ces faits divers qui deviennent des romans, avec Paul Colize, Iain Levison, Sonja Delzongle, Julie Ewa, Marc Fernandez. Toujours intéressant de connaitre les sources d'inspirations de ces auteurs, notamment la démarche très personnelle de Marc Fernandez, journaliste de formation, qui a enquêté sur les trafics d'enfants pendant et après la période franquiste en Espagne dans son roman Mala vida; et le contexte raconté de façon très drôle par Paul Colize, de l'élaboration de son roman Concerto pour quatre mains qui raconte l'histoire d'un braqueur.

- Une vie après le travail: enquêteurs de etrrain devenus écrivains, avec Jean-Marc Souvira, Ungrid Desjours, Olivier Norek, Alfred Lenglet et Christophe Molmy. Débat passionnant une fois encore, ne serait-ce que de voir alignée cette "brochette" de commissaires, lieutenants de police...Le témoignage de Christophe Molmy, actuel patron de la BRI, était vraiment intéressant, sur la démarche d'écriture d'une part, et puis leur métier, leur rapport avec les indics, leurs collègues...Celui d'Olivier Norek qui travaille dans le 93 l'était tout autant, même si le style des deux hommes s'avéraient totalement différent.

En bref, une super journée, avec une besace bien remplie

Quais du Polar 2016 suite...
Published by monpetitchapitre - dans Divers et variés
commenter cet article

Présentation

  • : Mon petit chapitre par Anne
  •  Mon petit chapitre par Anne
  • : Faire partager ma passion des livres et la joie que me procure la lecture. Et échanger avec vous impressions, conseils, coups de coeur...A bientôt
  • Contact

Sur le feu

Afficher l'image d'origine

Recherche

Index des auteurs

Lectures communes

Challenges

Challenges auxquels je participe:

voisins-voisines-version-curlz
 

Voisins Voisines 2013 chez Anne

1. La compagnie des menteurs de Karen Maitland (Angleterre)

2. La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...de Rachel Joyce (Angleterre)

3. Les trois lumières de Claire Keegan (Irlande)

4. La vie aux aguets de William Boyd (Angleterre)

5. Froid mortel de Johan Theorin (Suède)

6. Contrecoup de Rachel Cusk (Angleterre)

7. Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (Autriche)

8. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Danemark)

9. La maison des chagrins de Victor Del Arbol (Espagne)

 

Voisins voisines 2014

 

Voisins Voisines 2014 chez A propos des livres

1. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard (Angleterre)

2. L'heure trouble de Johan Theorin (Suède)

3. L'Exception de Audur Ava Olafsdottir (Islande)

4. L'oubli d'Emma Healey (Angleterre)

5. La faute de Paula Daly (Angleterre)

6. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Allemagne)

1. Le village de Dan Smith (Angleterre)

2. La ferme de Tom Rob Smith (Angleterre)

3. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza (Espagne)

      Challenge 13 auteurs

13 auteurs chez La vie telle qu'elle me passionne

1. Karine Giebel : Les morsures de l'ombre

2. William Boyd: La vie aux aguets

3. Thomas H.Cook

4. Anne Percin: Le premier été

5. Karen Maitland: La compagnie des menteurs

6. Ron Rash: Le monde à l'endroit

7. Marie-Hélène Lafon

8. Fabienne Juhel

9. Jo Nesbo

10. Laura Kasischke: Esprit d'hiver

11. R-J Ellory

12. Jussi Adler-Olsen: Miséricorde

13. Olivier Adam

 

J'ai l'impression que ce challenge n'est pas reconduit cette année mais j'ai bien envie de le poursuivre à titre individuel. Voici la liste établie pour 2014:

 

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Olivier Adam: Des vents contraires

6. Pascal Garnier

7. Linwood Barclay: Fenêtre sur crime

8. Joyce Maynard: Long week-end

9. Hélène Grémillon: Le confident

10. Lionel Salaun

11. Ryan David Jahn

12. Saphia Azzedine

13. Delphine De Vigan

10 auteurs que j'ai envie de découvrir en 2015:

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Pascal Garnier

6. Lionel Salaun

7. Ryan David Jahn

8. Silvia Avallone

9. Marie-Sabine Roger

10. Claire Favan

 

 

 

Challenge Polars et Thrillers 2013-2014

Challenge Thrillers et Polars 2013-2014 chez Liliba

1. Black coffee de Sophie Loubière

2. Elvis et la vertu de Frantz Delplanque

3. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

4. Le dernier Lapon de Olivier Truc

5. La maison des chagrins de Victor Del Arbol

6. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

7. L'appel du coucou de Robert Galbraith

8. Vilaines filles de Megan Abbott

9. Purgatoire des innocents de Karine Giébel

10. La Peur elle-même de Laura Sadowski

11. L'homme qui a vu l'homme de Marin Ledun

12. L'heure trouble de Johan Theorin

Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 chez Liliba

1. L'oubli d'Emma Healey

2. Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

3. La faute de Paula Daly

4. Le violoniste de Mechtild Borrmann

5. Le village de Dan Smith

6. Atomka de Franck Thilliez

7. Angor de Franck Thilliez

8. La cible d'Howard Gordon

9. Sans faille de Valentin Musso

 

Challenge Thrillers et polars 2015-2016 chez Sharon

1. Les nuits de Reykjavik d'Arnaldur Indridason

2. Arrêtez-moi de Lisa Gardner

3. L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté

4. La ferme de Tom Rob Smith

5. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

6. Derrière la haine de Barbara Abel

7. L'enfer de Church Street de Jake Hinkson

8. Am stram gram de M.J.Arlidge

9. Un vent de cendres de Sandrine Collette

10. Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

11. Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

12. Les visages écrasés de Marin Ledun

 

 

 

Où Je Chine...