Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 17:20
L'homme qui ment - Marc Lavoine

Editions Fayard - 2015- 192 pages

Marc Lavoine livre un récit sur son enfance à Wissous, en banlieue parisienne, avec son grand frère Francis, son père Lulu, employé à La Poste, communiste et mari infidèle, et sa mère Michou, femme fragile, secrétaire. Il relate les engagements, les idées politiques de son père, portés par toute la famille, mais aussi les maîtresses de son père.

Marc Lavoine raconte comment ces infidélités, connues de tous, sauf de sa mère, l'ont gêné en tant qu'enfant, cette connivence involontaire qui s'était installée entre le père et le fils, parce qu'il s'agit de son père, même s'il sait que sa mère en souffrirait.

On sait à quel point en France on aime ranger dans des cases, alors quand on chanteur se met à l'écriture, il se met déjà en danger. Je dois bien avouer que je ne suis pas forcément attirée par ce type de démarche mais je ne sais pas pourquoi mais j'ai eu envie de lire ce livre. Alors d'abord, il se lit très vite et je reste un peu sur ma faim. La politique, le communisme, la vie en banlieue de cette classe moyenne des années 70, l'adultère, tout cela reste en surface, sans aller en profondeur, ou se cantonne à une suite d'événements, racontés souvent avec gouaille. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur la vocation de l'auteur, ce qui l'a amené à la chanson - on apprend toutefois qu'il s'est d'abord dirigé vers le théâtre.

Pour moi, ce qui transparaît, ce qui transpire dans ce livre, c'est l'amour que porte l'auteur à ce père, loin d'être parfait, mais aimant et attachant à sa façon; cette mère, qui, au début de sa vie, rejette pourtant ce bébé garçon, elle qui voulait une fille; ce grand frère protecteur, et les grands-parents, piliers de la famille. Et je crois que ce livre se veut d'abord ce récit de souvenirs d'enfance, sans forcément besoin d'analyse, probablement nécessaires pour l'auteur mais insuffisants pour ferrer le lecteur.

Ma note:

L'homme qui ment - Marc Lavoine
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Documents
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 05:00

C'est avec un plaisir non dissimulé que j'accueille sur mes modestes terres Valérie qui nous parle d'un roman audio en lice pour le prix Audiolib.

Constellation d'Adrien Bosc - L'avis de Valérie

Constellation, c’est le nom de cet avion qui mena à la mort Ginette Neveu et Marcel Cerdan entre autres. Adrien Bosc nous raconte des tranches de vies, celles de quelques-uns des passagers de cet avion. Il entremêle à cela les recherches autour de l’épave.

J’ai apprécié ce roman parce que je trouve qu’Adrien Bosc a le chic pour donner vie à ses personnages et c’est d’autant plus important que nous avons affaire à des personnes ayant réellement existé. C’est donc une sorte de roman-puzzle qu’Adrien Bosc construit et il me semble qu’il s’en sort bien. Les pièces s’emboîtent et nous livrent finalement le portrait d’une société, celle des nantis présents dans cet avion. Pour autant, ce ne sont pas des nantis qu’on méprise. Adrien Bosc rend Ginette Neveu touchante parce qu’il insiste sur l’abnégation qui fut la sienne pour en arriver au succès. J’ai aussi beaucoup apprécié le portrait de cet homme qui inventa le marketing moderne avec les montres à l’effigie de Disney.

Il tourne bien sûr autour du thème du destin et de la fatalité en rappelant que Cerdan n’aurait pas dû se trouver dans cet avion, qu’il y était sous la pression d’Edith Piaf et que c’est sa célébrité qui a causé sa perte, si l’on peut dire, puisqu’il est passé devant des quidams qui ont, eux, eu la vie sauve.

Je ne suis pas sûre que ce soit un roman qui me restera longtemps en tête mais il est agréable à lire et à écouter aussi. Et j’ai apprécié la gentillesse de l’auteur avec mes élèves quand elles l’ont rencontré. J’ai aussi apprécié la lecture qu’en fait Bernard Gabay.

Date de parution : 14 Janvier 2015 - Durée : 4h46- Lu par Bernard Gabay

Constellation d'Adrien Bosc - L'avis de Valérie
Constellation d'Adrien Bosc - L'avis de Valérie
Constellation d'Adrien Bosc - L'avis de Valérie

Lien sur l’image précédente : http://www.prix-audiolib.fr/vote.php

L'avis de Anne (version papier) : http://monpetitchapitre.over-blog.com/constellation-adrien-bosc

Repost 0
Published by monpetitchapitre
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 14:01
Sans faille - Valentin Musso

Editions du Seuil - 2014- 335 pages

Alors qu'ils ne se sont pas revus depuis le lycée, Romuald invite Théo et David, accompagnés de leurs petites amies respectives, Dorothée et Juliette, à une randonnée sur un glacier dans les Pyrénées.

Dès le début, les choses prennent une tournure étrange: le groupe se perd, Romuald semble être parti sous-équipé pour mener des marcheurs inexpérimentés. Petit à petit, les non-dits refont surface, les petites rancoeurs jamais oubliées...

Monsieur Valentin Musso, je vous dois des excuses. J'avais beaucoup d'a priori avant de vous lire, avec ce livre, que je n'aurais jamais ouvert (et encore moins emprunté en bibliothèque comme je l'ai fait) si une des bibliothécaires de mon club de lecture ne nous en avait recommandé la lecture. Et si certaines bloggeuses, plus qu'influentes sur mes choix littéraires (n'est-ce pas Véronique), n'avaient pas partagé leur plaisir de lecture sur ce titre. Eh oui, "frère de...", les clichés ont la vie dure.

Eh bien je l'ai lu en trois- quatre jours ce livre (ce qui est rapide pour moi!). Le récit alterne avec le déroulement de la randonnée, et le retour en arrière des années lycée, où Romuald et Théo se sont connus. On perçoit que quelque chose s'est passé, qui a délité cette amitié, et que la randonnée des retrouvailles a un arrière-goût de vengeance. Le suspens monte crescendo dans ce huis-clos à ciel ouvert, où chaque personnage se révèle ambigu, jusqu'à faire naître le doute.

Bon, le style n'est pas sensas, mais bon, j'ai pris malgré tout beaucoup de plaisir à suivre cette histoire, j'ai été vraiment accrochée. Le style change d'ailleurs dans les passages qui se situent au lycée, plutôt réussis. Et j'ai apprécié la fin.

Un livre que je vous recommande, idéal pour la période estival qui arrive (en mer...ou en montagne).

Ma note: 4 / 5

Sans faille - Valentin Musso
Repost 0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 15:00
1, rue des Petits Pas - Nathalie Hug

Calmann Lévy Editions - 2014 - 352 pages

Quatrième de couverture: Lorraine, hiver 1918-1919. Dans un village en ruines à quelques kilomètres du front, une communauté de rescapés s'organise pour que la vie continue. Louise, seize ans, est recueillie au 1, rue des Petits Pas par une sage-femme qui va lui transmettre son savoir: accoucher, bien sûr, mais aussi lire et écrire, soigner les maux courants et, enfin, être l'oreille attentive de toutes les confidences. Mais dans ce village ravagé par la guerre et isolé du monde, les légendes nourrissent les peurs, et la haine tient les hommes debout. Ces peurs et cette haine, Louise va devoir les affronter car elle exerce son art dans l'illégalité, élève un enfant qui n'est pas le sien, aime un être qu'elle n'a pas le droit d'aimer, et tente de se reconstruire dans cet univers où horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir.

Ce roman propose une reconstitution de la vie d'un petit village lorrain au lendemain de la 1ère Guerre mondiale. L'auteure s'est beaucoup documentée sur les pratiques gynécologiques et obstétriques des sage-femmes de l'époque, qui tombaient encore sous le coup de l'illégalité, en conflit avec la religion alors même que des vies (celle de la mère, ou de l'enfant, voire les deux) étaient en jeu. Le personnage de Louise -et dans une moindre mesure celui de Vida- est à la fois décrié et réconfortant pour ces patientes. Le poids des préjugés, la méfiance envers une médecine qui progresse, qui rend compte d'une certaine réalité, mettant à mal les dogmes et les croyances. Louise reçoit cependant le soutien inattendu du prêtre de la commune, nouvellement arrivé, qui apparaît comme une figure plutôt progressiste.

Le récit met en exergue les conséquences de la pénurie d'hommes au sortir de la guerre, laissant seules et parfois sans avenir un certain nombre de femmes. On voit le succès des bordels, assez impressionnant, qui en font des lieux très prisés, avec les dégâts qu'on imagine sur ces femmes, dus au manque d'hygiène et la brutalité de certains clients.

La violence et l'agressivité transparaissent partout dans les rapports hommes-femmes, aussi bien dans le cadre conjugal qu'envers Louise, traduction d'une détresse, de traumatismes, d'un manque de repères dans cette époque perturbée.

J'ai été moins convaincue par l'histoire d'amour Louise-Vida, j'ai trouvé qu'elle n'apportait pas grand chose au récit.

En résumé, on apprend pas mal de choses, l'angle de vue est intéressant, mais ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable. Ceci grandement à cause de l'écriture que j'ai trouvée lourde par moments. Pas sûr que je relise cette auteure.

Ma note: 3 / 5

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 09:48

Un petit billet bilan s'imposait pour revenir sur cette belle aventure. Cela a donc été une deuxième participation pour moi, puisque j'avais déjà eu la chance de faire partie du jury en 2005. Au terme de cette année-là, je n'étais pas forcément prête à réitérer l'expérience. D'abord parce que j'avais trouvé le rythme de lecture assez soutenu, et, avec le recul, je pense que je n'avais pas saisi la portée de certains livres (eh oui, j'avais 10 ans de moins...ceci dit, je me souviens d'une biographie de Romain Gary, sur 700 pages...voilà quoi...).

Et puis, entre temps, il y a eu le blog, les échanges avec les autres, bref une autre façon d'aborder les livres, de choisir mes lectures. Et le fait que quelques copines bloggeuses aient fait partie du jury Elle, qui avaient l'air d'y prendre plaisir, même si les échanges semblent avoir été parfois enflammés. Mais après tout, on sait comment on peut être pour défendre une pépite ou dézinguer un livre qui vraiment nous a agacé.

Et puis, depuis 2005, Facebook est apparu, réseau social qui déchaîne les passions, eu égard à ses nombreux travers, mais qui a au moins le mérite de mettre les gens en réseau (d'où réseau social...c'est bien fait, hein?). Et je me suis dit que cela pourrait apporter un plus à cette aventure. Alors pour être franche, je n'ai pas trouvé forcément ce que j'attendais sur FB, j'y ai contribué de façon sporadique, et j'ai été quelques fois échaudée par des remarques lapidaires sur des avis émis sur des lectures. M'entendre dire que je suis pas difficile dans mes lectures, sur un ton limite méprisant, parce que j'ai eu un coup de coeur polar et presque coup de coeur roman, alors qu'ils n'ont pas forcément été appréciés par ailleurs, ben vous voyez, ça me gave un peu. Donc les échanges de ce niveau, je fuis en général.

Bref...De manière générale, j'ai trouvé la sélection plutôt bonne cette année.

Côté romans: il y a eu une grande diversité. Mon classement est le suivant

Grand Prix des Lectrices ELLE 2015- Le bilan
Grand Prix des Lectrices ELLE 2015- Le bilan

Côté documents, j'ai senti une vraie évolution depuis ma participation en 2005. L'offre est-elle aussi peut-être plus variée aujourd'hui? Un bémol cependant car plusieurs documents traitaient de mêmes thèmes, liés à la Seconde Guerre mondiale, période riche il est vrai, et très intéressante. Mais du coup, il m'a manqué de la variété, et j'aurais aimé des documents traitant de sujets d'actualité, de géopolitique, de sujets de société (seul Molière à la campagne traitait de l'éducation mais je n'ai pas aimé). Celui qui serait arrivé en tête haut la main pour moi, n'a pas passé la pré sélection de mon jury, et c'est bien dommage, car plus que d'actualité.

Grand Prix des Lectrices ELLE 2015- Le bilan

Enfin, les polars. C'était ma grande crainte car au vu des éditions précédentes, j'avais trouvé que les titres ne donnaient pas très envie. Et là, j'ai été très agréablement surprise car cette sélection a été plutôt bonne. Hormis un polar que j'ai eu dans la sélection de mon mois et que je n'ai pas aimé du tout, tous les autres ont été de bons moments de lecture, voire de très bons. Car j'ai tout de même sorti une pépite polar, et ça, ça fait toujours plaisir.

Grand Prix des Lectrices ELLE 2015- Le bilan

Viennent ensuite Le Village et Kobra, deux auteurs-Dan Smith et Deon Meyer- que je vais suivre.

Grand Prix des Lectrices ELLE 2015- Le bilan
Grand Prix des Lectrices ELLE 2015- Le bilan

J'ai beaucoup apprécié de lire des polars qui se situaient en Russie, ou en Ukraine. Ce sera aussi mon bémol, mais tout petit hein, que nous ayons eu trois livres qui se déroulaient dans cette zone géographique. Mais tous trois ont été de bons livres, alors on va dire que c'était juste pour râler un peu...

Pour conclure, j'ai été plus que ravie de faire partie de cette super aventure, pour nous les amoureux du livre. Ce petit moment toujours sympa de relever le colis de livres dans la boîte aux lettres, petit moment un peu solennel puisque je ne regardais pas le courrier annonçant les lauréats du mois, ni le fichier des sélections mensuelles du groupe FB. Je voulais me garder la surprise.

Une fois encore, j'ai aimé découvrir des livres vers lesquels je ne me serais jamais tournée spontanément, découvrir des maisons d'éditions-je pense aux Editions Mirobole par exemple- ou que je lis peu.

Inutile de vous dire que je représenterai ma candidature, sans hésiter cette fois. Et merci à vous de m'avoir donné envie: Galéa, Valérie, et, même si c'était a posteriori, merci aux membres du groupe FB de l'édition 2014 qui m'ont accueillie et intronisée avec chaleur et enthousiasme.

Maintenant, je vais aussi apprécier de choisir à nouveau mes lectures, de ne pas avoir de délai. Et à ce titre, merci à Clotilde qui a géré le Prix, pour sa gentillesse, sa disponibilité et surtout pour sa compréhension devant mes retards récurrents et mes demandes de délais.

Grand Prix des Lectrices ELLE 2015- Le bilan
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Divers et variés
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 10:55
Les inoubliables - Jean-Marc Parisis

Editions Flammarion - 2014- 225 pages

Une photo de quatre enfants entre 6 et 13 ans, quatre frères et une soeur, trouvée par hasard, constitue le point de départ d'une véritable enquête que mène Jean-Marc Parisis pour retracer le parcours de ces enfants victimes de la Shoah. Elle le mène sur des terres qu'il connait bien, en Dordogne, où il a passé de nombreuses vacances étant enfant, entouré de siens, et ignorant tout du (des) drame(s) qui se sont joué dans cette campagne.

En premier lieu, cette photo suscite d'emblée une émotion face à ces visages juvéniles, innocents, qui vont connaitre l'horreur. L'auteur rapporte l'émotion qui l'a submergé lorsqu'il a découvert cette "proximité" , un mélange d'effarement et de recueillement lié aux évènements qui se sont déroulés en ces lieux qu'il connait si bien, qui lui sont si familiers mais dont il n'a jamais soupçonné l'existence. L'auteur revient également sur les lieux, accompagné d'un survivant.

Le point de départ était intéressant, la genèse de cette exploration de l'Histoire, en même temps qu'une introspection de l'auteur proposaient un angle de vue original. Mais je n'ai pas réussi à rentrer dans le récit, à m'attacher aux personnes citées. Certains passages m'ont d'ailleurs paru confus, je n'arrivais plus à savoir qui était qui. De plus, je ne suis pas parvenue à bien visualiser les lieux, je ne connais pas cette région.

Par ailleurs, je n'ai rien appris de vraiment nouveau sur cette période de l'Occupation. Le côté très factuel a probablement dû me tenir à distance. L'idée d'insérer des photos apporte en revanche un plus au récit. Et cette photo des enfants, d'où tout est parti, reste très émouvante.

J'ai le sentiment d'avoir lu un récit à la fois factuel et intimiste, sans parvenir à m'immerger.

Ma note: 2,5 / 5

Les inoubliables - Jean-Marc Parisis
Les inoubliables - Jean-Marc Parisis
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Documents
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 10:43
L'homme de la montagne - Joyce Maynard

Editions Philippe Rey - 2013 pour l'édition originale- 2014 pour la traduction française - 319 pages

Eté 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, vit avec sa mère et sa sœur Patty, onze ans, dans une petite maison, à proximité d’une montagne où les deux sœurs aiment se retrouver, s’évader.

Cet été- là, un mystérieux tueur s’en prend à de jeunes femmes et crée la psychose dans le quartier. C’est le père de Rachel et Patty, le séduisant inspecteur Anthony Torelli qui mène l’enquête. Enquête qui s’avèrera être un échec cuisant pour lui, et dont il ne se remettra vraiment jamais. Trente ans plus tard, Rachel, devenue écrivain, se souvient…

Joyce Maynard signe ici un roman axé sur trois thèmes. Tout d’abord l’adolescence, ses doutes, ses questionnements, ce délicat passage de l’enfance à l’âge adulte. La mise en avant de son père permet à Rachel d’acquérir une petite notoriété auprès des jeunes de son âge. Elle goute ainsi à une popularité qui lui faisait défaut jusqu’alors, fréquente les filles les plus en vue du collège, le garçon qui attire tous les regards. Elle fait donc l’expérience de ce qui lui faisait tant envie, relations qui s’avèrent très vite insipides. Et comment trouver une place à sa petite sœur au milieu de tout ça ?

L’auteure pose un regard très tendre sur ces deux sœurs inséparables, indispensables l’une à l’autre. Patty, pourtant la plus jeune, fait preuve d’une bienveillance continuelle envers sa grande sœur. A la vie, à la mort, c’est bien le type de lien qui les unit.

Enfin, ce roman est un véritable cri d’amour au père. Ce père aimé, attendu, admiré. La figure paternelle contraste avec celle de la mère, inexistante. Ce père, séducteur invétéré, un peu à l’ancienne, qui porte toutefois un amour sans faille à ses filles et une tendresse touchante à leur mère.

J’ai trouvé beaucoup de similitudes avec Long week-end : narratrice adolescente, mère meurtrie par le départ du père, éveil à la sexualité. Ces thèmes sont bien exploités, intéressants, mais alors, que de longueurs ! J’ai eu souvent le sentiment que l’auteure tournait en rond alors que le dénouement, plutôt soudain, aurait mérité plus de développement selon moi. Et j’ai été gênée par le fait de me demander s’il s’agissait ou non d’une autobiographie.

Une déception donc mais je continuerais à suivre l’auteure.

Ma note: 2.5 / 5

L'homme de la montagne - Joyce Maynard
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 10:02
La cible - Howard Gordon

Editions Le Cherche-Midi - 2012 pour l'édition originale- 2014 pour la traduction française -397 pages

Extraits de la quatrième de couverture:

Ancien négociateur détaché par l'ONU dans la gestion des conflits internationaux, Gideon Davis apprend l'imminence d'un complot terroriste sur le sol américain. (...) Quand l'informateur se fait tuer avant d'avoir pu donner plus de détails, Gideon, pressé par le temps, demande à son frère Tillman [ancien de la CIA], récemment sorti de prison, d'infiltrer le groupe [terroriste] afin de remonter la piste (...). Les deux frères s'engagent alors dans une course folle pour arrêter ce complot aux ramifications nombreuses et inattendues.

Howard Gordon, en plus de son activité d'écrivain, est d'abord scénariste de séries aux Etats-Unis, parmi lesquelles 24 heures chrono et Homeland. Et dans ce livre, cette fibre se ressent vraiment. J'ai eu l'impression de suivre un épisode dans la veine de Homeland, série que j'aime beaucoup au passage. Tout est très visuel, voire cinématographique; je pense notamment à une scène de chasse au sanglier absolument époustouflante.

L'auteur campe des personnages avec une histoire, un profil, un rôle à jouer dans l'intrigue. L'histoire elle-même bénéficie d'un scénario millimétré: un attentat en préparation sur le sol américain doit être déjoué. Le lieu de l'attentat, la cible, n'est dévoilé qu'au milieu du roman, et c'est une course contre la montre qui s'engage. Tous les ingrédients sont réunis pour faire avancer l'histoire et maintenir le suspens.

Le lecteur perçoit également cette peur des attentats, très prégnante aux Etats-Unis depuis le 11 Septembre, ce sentiment de menace permanente, qui en fait la toile du fond du livre. L'auteur pointe du doigt le fonctionnement de ces groupuscules, ici une milice xénophobe, antisémite, qui, sous un aspect d'amateurisme, s'engage dans la voie du terrorisme, au nom d'un patriotisme des plus douteux. A leur tête de ce groupe, Dale Wilmot nourrit sa rancoeur suite à l'engagement de son fils en Irak, d'où ce dernier est revenu lourdement handicapé. Je regrette toutefois que ce personnage n'ait pas été plus mis en valeur, que l'auteur n'ait pas plus mis en lumière son point de vue.

On retrouve donc tous les codes du bon thriller, ce livre se lit comme on regarde une bonne série, accroché et captivé.

La cible fait suite à un premier roman publié en France, L'Obélisque (Michel Lafon, 2011).

Merci à Babélio et son opération Masse Critique à laquelle je participe pour la première fois. Merci aussi aux éditions du Cherche Midi, dont je continue de découvrir les thrillers de très bonne qualité.

tous les livres sur Babelio.com
La cible - Howard Gordon
La cible - Howard Gordon
Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 10:57
Angor - Franck Thilliez

Camille Thibaut, technicienne d'investigation criminelle à Lille, vient d'être greffée du coeur. Depuis, il lui semble que de nouvelles sensations apparaissent, elle fait des rêves, comme si ce coeur étranger s'insinuait en elle, malgré elle. Aussi part-elle à la recherche de l'identité de ce donneur.

De leur côté, Sharko et Henebelle, tous jeunes parents de jumeaux, duo de flics au 36 Quai des Orfèvres, ont à traiter une affaire de séquestration et de disparition de jeunes femmes, affaire dont les ramifications s'avèrent bien plus complexes qu'elle n'y parait.

J'aurais peut-être pas dû enchaîner les deux titres, mais il y avait urgence car je devais rendre ma copie pour le prix Elle, et sauter un titre, ça m'aurait chiffonnée. Non parce que là, je vais peut-être me lancer dans du plus soft, peut-être même Marc Lévy ou Guillaume Musso (non, j'déconne) parce que les lectures hard, faut que je fasse une pause.

Et ici, on est servis, mais après tout, pas de surprise avec Thilliez. Dans ce livre apparait une nouvelle héroïne (récurrente??), Camille Thibaut, jeune gendarme. Et là, l'auteur, on le voit arriver avec ses gros sabots, de la jeune flic célibataire, qui va croiser la route du commissaire du 36, lui aussi célibataire...Bah oui, c'est cousu de fil blanc mais moi, je lui pardonne tout à Thilliez: les grosses ficelles, les invraisemblances...parce qu'on est toujours accroché à l'histoire, qu'il y a toujours des choses intéressantes à apprendre. De deux ordres avec ce livre: médical (les greffes notamment) et historique.

On y apprend donc les effets que peuvent provoquer une greffe du coeur et le fait- rare- que les cellules nerveuses de l'ancien coeur peuvent se reformer chez le receveur, le fameux angor. L'auteur apporte des éléments d'explication sur ces phénomènes, d'un point de vue médical mais aussi psychologique: comment vit-on avec un corps étranger en soi, d'autant plus pour un organe aussi vital et personnel que le coeur? Et d'ailleurs, la greffe ne signifie pas la guérison, mais une solution qui donne seulement du sursis.

Et puis l'aspect historique traite de la dictature argentine et de l'histoire de l'Espagne. Les bébés volés, les trafics d'organes, tous ces côtés sombres de ces régimes, qui peu à peu resurgissent.

Un thriller efficace une fois encore. Il me faut dire tout de même que j'ai l'impression que la qualité baisse un peu par rapport aux premiers livres, ou du moins par le ressenti de lecture que j'en garde. Mais je reste fidèle et lirai les prochains car la fin de ce livre laisse entendre que tout n'est pas terminé.

Ma note: 3,5 / 5

Angor - Franck Thilliez
Angor - Franck Thilliez
Repost 0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 11:30
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Divers et variés
commenter cet article

Présentation

  • : Mon petit chapitre par Anne
  •  Mon petit chapitre par Anne
  • : Faire partager ma passion des livres et la joie que me procure la lecture. Et échanger avec vous impressions, conseils, coups de coeur...A bientôt
  • Contact

Sur le feu

 

Recherche

Index des auteurs

Lectures communes

Challenges

Challenges auxquels je participe:

voisins-voisines-version-curlz
 

Voisins Voisines 2013 chez Anne

1. La compagnie des menteurs de Karen Maitland (Angleterre)

2. La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...de Rachel Joyce (Angleterre)

3. Les trois lumières de Claire Keegan (Irlande)

4. La vie aux aguets de William Boyd (Angleterre)

5. Froid mortel de Johan Theorin (Suède)

6. Contrecoup de Rachel Cusk (Angleterre)

7. Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (Autriche)

8. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Danemark)

9. La maison des chagrins de Victor Del Arbol (Espagne)

 

Voisins voisines 2014

 

Voisins Voisines 2014 chez A propos des livres

1. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard (Angleterre)

2. L'heure trouble de Johan Theorin (Suède)

3. L'Exception de Audur Ava Olafsdottir (Islande)

4. L'oubli d'Emma Healey (Angleterre)

5. La faute de Paula Daly (Angleterre)

6. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Allemagne)

1. Le village de Dan Smith (Angleterre)

2. La ferme de Tom Rob Smith (Angleterre)

3. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza (Espagne)

      Challenge 13 auteurs

13 auteurs chez La vie telle qu'elle me passionne

1. Karine Giebel : Les morsures de l'ombre

2. William Boyd: La vie aux aguets

3. Thomas H.Cook

4. Anne Percin: Le premier été

5. Karen Maitland: La compagnie des menteurs

6. Ron Rash: Le monde à l'endroit

7. Marie-Hélène Lafon

8. Fabienne Juhel

9. Jo Nesbo

10. Laura Kasischke: Esprit d'hiver

11. R-J Ellory

12. Jussi Adler-Olsen: Miséricorde

13. Olivier Adam

 

J'ai l'impression que ce challenge n'est pas reconduit cette année mais j'ai bien envie de le poursuivre à titre individuel. Voici la liste établie pour 2014:

 

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Olivier Adam: Des vents contraires

6. Pascal Garnier

7. Linwood Barclay: Fenêtre sur crime

8. Joyce Maynard: Long week-end

9. Hélène Grémillon: Le confident

10. Lionel Salaun

11. Ryan David Jahn

12. Saphia Azzedine

13. Delphine De Vigan

10 auteurs que j'ai envie de découvrir en 2015:

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Pascal Garnier

6. Lionel Salaun

7. Ryan David Jahn

8. Silvia Avallone

9. Marie-Sabine Roger

10. Claire Favan

 

 

 

Challenge Polars et Thrillers 2013-2014

Challenge Thrillers et Polars 2013-2014 chez Liliba

1. Black coffee de Sophie Loubière

2. Elvis et la vertu de Frantz Delplanque

3. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

4. Le dernier Lapon de Olivier Truc

5. La maison des chagrins de Victor Del Arbol

6. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

7. L'appel du coucou de Robert Galbraith

8. Vilaines filles de Megan Abbott

9. Purgatoire des innocents de Karine Giébel

10. La Peur elle-même de Laura Sadowski

11. L'homme qui a vu l'homme de Marin Ledun

12. L'heure trouble de Johan Theorin

Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 chez Liliba

1. L'oubli d'Emma Healey

2. Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

3. La faute de Paula Daly

4. Le violoniste de Mechtild Borrmann

5. Le village de Dan Smith

6. Atomka de Franck Thilliez

7. Angor de Franck Thilliez

8. La cible d'Howard Gordon

9. Sans faille de Valentin Musso

 

Challenge Thrillers et polars 2015-2016 chez Sharon

1. Les nuits de Reykjavik d'Arnaldur Indridason

2. Arrêtez-moi de Lisa Gardner

3. L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté

4. La ferme de Tom Rob Smith

5. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

6. Derrière la haine de Barbara Abel

7. L'enfer de Church Street de Jake Hinkson

8. Am stram gram de M.J.Arlidge

9. Un vent de cendres de Sandrine Collette

10. Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

11. Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

12. Les visages écrasés de Marin Ledun

 

 

 

Où Je Chine...