Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 12:47
Molière à la campagne - Emmanuelle Delacomptée

Editions JC Lattès - 2014-

Quatrième de couverture: « Sur le quai de la gare Saint-Lazare, entre trois grosses valises et une poignée de pigeons, je reste étourdie.
Après des dissertations de sept heures, une maîtrise imparable de l’exophore mémorielle, une science sans faille de l’évolution des sons [aü] et [eü] au XVIIIe siècle, une acquisition sûre de la notion de valence et d’analyse actancielle, une compréhension intime des hypotyposes, une fréquentation assidue du Canzionere de Pétrarque, l’Éducation nationale m’expédie dans les tréfonds de l’Ouest, au cœur de la Haute-Normandie, entre les départementales D32 et D547, à Saint-Bernard de l’E., au collège des 7 Grains d’Or, au beau milieu des champs de maïs.»

La question de l’enseignement dans les « zones urbaines sensibles » a été maintes fois traitée. Mais qu’en est-il dans ces déserts modernes que sont les zones rurales ? Molière à la campagne raconte le parcours héroï-comique d’une jeune enseignante, débordée par les réactions cocasses et bruyantes de ses élèves, mais aussi par les impératifs ineptes de l’Éducation nationale... Portrait d’un monde finissant qui se cherche un nouveau modèle."

Mon avis: Franchement, au vu de la quatrième de couverture, on peut s'attendre au pire.A la fin de ma lecture, j'ai un goût amer, car ce livre m'a gênée, à plusieurs titres. Je tiens à préciser en préambule que je ne suis pas prof, ni ne travaille dans le milieu enseignant, et je me suis demandée si ma méconnaissance de ce milieu pouvait expliquer mes interrogations. Je ne voudrais pas descendre en flèche un témoignage attestant d'une réalité. Cependant, je vois tout de même ce qu'il se passe autour de moi.

Ce qui m'a le plus dérangée dans cette histoire c'est la généralisation. Pour être claire, pas un personnage ne semble tenir la route. Les élèves paraissent très éloignés de ce que peut leur apporter l'école, les parents n'en parlons pas, ils sont au pire démissionnaires, au mieux désemparés mais de bonne volonté.

L'administration de l'Education nationale en prend aussi pour son grade. Les formateurs des enseignants semblent être totalement à côté de la plaque quant à la réalité que vivent leurs jeunes recrues. Si c'est vrai, je veux dire si cela est généralisé, je trouve cela grave. Le principal du collège apparaît comme quelqu'un de totalement désabusé et d'aucune aide ou soutien pour les professeurs ou les élèves. Là encore, c'est alarmant.

Bref, j'ai trouvé le propos également très parisien.

En fait, je refuse de croire à un tel pessimisme. Je ne nie pas que l'auteure pointe du doigt un certain nombre de dysfonctionnements, encore une fois, je ne travaille pas dans l'enseignement. Elle parle bien notamment du décrochage scolaire, à travers le parcours d'un de ses élèves. Mais le tout me paraît exagéré. Si cela avait un roman, pourquoi pas, mais là il s'agit bien d'un document / essai, et présenté comme tel.

J'ai voulu avoir le point de vue de quelqu'un de ce milieu, en la personne de Valérie, prof de son état et enseignant aussi dans l'Eure. Je n'aurais pas parié un centime sur le fait qu'elle trouve un quelconque qualité à ce bouquin. Et pourtant, elle lui en a trouvé plusieurs...Allez lire son avis ici.

Ma note: 2 / 5

Molière à la campagne - Emmanuelle Delacomptée
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Documents
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 10:38
Prière pour celles qui furent volées - Jennifer Clement

Editions Flammarion - 2014 pour l'édition originale et la traduction française - 270 pages

Quatrième de couverture:

Ladydi, quatorze ans, est née dans un monde où il ne fait pas bon être une fille. Dans les montagnes du Guerrero au Mexique, les femmes doivent apprendre à se débrouiller seules, car les hommes ont les uns après les autres quitté cette région pour une vie meilleure. Les barons de la drogue y règnent sans partage. Les mères déguisent leurs filles en garçons ou les enlaidissent pour leur éviter de tomber dans les griffes des cartels qui les « volent ». Et lorsque les 4X4 patrouillent dans les villages, Ladydi et ses amies se cachent dans des trous creusés dans les arrière-cours, pareilles à des animaux qui détalent pour se mettre en sécurité. Alors que la mère de Ladydi attend en vain le retour de son mari, la jeune fille et ses amies rêvent à un avenir plein de promesses, qui ne serait pas uniquement affaire de survie.

En ce moment, on peut dire que je suis plutôt en veine, j'enchaîne les bonnes lectures.

Ce récit livre de formidables portraits de femmes. Les mères tout d'abord, abandonnées par leurs maris partis aux Etats-Unis pour une vie meilleure. Au mieux ils envoient de l'argent à leur famille restée au Mexique, ou alors ils refont leur vie sur le sol américain, disparaissant pour de bon. C'est le cas de Ladydi et sa mère. Ces mères qui doivent vivre dans un monde sans hommes, et veiller sur leurs filles, proies des narco trafiquants, qui s'en servent d'esclaves sexuelles.

Ces jeunes filles ensuite qui apprennent très tôt à s'enlaidir pour ne pas "attirer" les hommes, pour qui tout signe de féminité est interdit. Ainsi, une belle coiffure, une pose de vernis à ongles ne peuvent se faire que dans l'intimité d'un salon de beauté, l'espace d'une heure ou deux. Institut de beauté utile aux mères seulement, trop vieilles pour intéresser les magnats de la drogue.

Ces femmes tentent de survivre dans cet univers de violence et de peur, dans une région particulièrement hostile, l'Etat du Guerrero, un des plus pauvres et des plus violents du pays. Elles habitent dans des maisons éloignées les unes des autres, dans les montagnes où le climat est très aride et peuplées de bêtes peu sympathiques (iguanes...), l'auteure met l'accent sur cette nature peu engageante et qui rajoute aux difficultés de ces femmes. Leur situation les éloigne aussi des services publics, santé ou éducation, qui n'interviennent que de façon très irrégulière dans ces régions.

Elles sont aussi victimes de l'activité de ces narcotrafiquants dont les champs de culture jouxtent les villages et les habitations.

La première partie de ce livre est absolument passionnante, donnant à découvrir, au-delà de cette région du Guerrero, un pays entier aux mains des cartels, et dont la richesse ne repose que sur la culture et le trafic de drogue. Où la violence et la peur font partie du quotidien.

J'ai été moins emballée par le seconde partie, j'ai trouvé que le récit s'essoufflait.

Il n'empêche que ce livre est d'une très grande qualité et je vous le recommande chaudement. Mon roman préféré depuis le début du prix Elle.

Ma note: 5 / 5

Prière pour celles qui furent volées - Jennifer Clement
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 22:23
Le violoniste - Mechtild Borrmann

Editions Le Masque - 2012 pour l'édition originale- 2014 pour la traduction française- 244 pages

Moscou, 1948. Ilia Grenko est un brillant violoniste qui se produit sur les scènes les plus prestigieuses d'Europe. Un soir, à la sortie d'un concert, il est arrêté par deux hommes. Emmené au siège du KGB, on l'accuse d'avoir voulu s'enfuir à Vienne, où il projetait de se rendre pour une série de concerts, accompagnés exceptionnellement de sa femme et de ses deux jeunes garçons, Pavel et Ossip. Enfermé dans une cellule où il ne peut tenir debout, il est contraint à singer des aveux, en échange de quoi on lui promet que sa famille sera épargnée. Il est condamné à vingt ans de travaux forcés.

A l'inverse de la promesse faite à Ilia, Galina, sa femme et ses deux enfants sont déportés, en exil. Le KGB explique à Galina que son mari a fui le pays et donc considéré comme un traître.

Soixante ans plus tard, Sacha, le petit-fils d'Ilia et Galina, reçoit une lettre de sa sœur Viktoria dont il avait été séparé très jeune après la mort de leurs parents, où il est question de l'histoire de la famille. Après avoir pris connaissance de certains documents, Sacha constate que tout semble se concentrer autour du Stradivarius de son grand-père, violon disparu lors de l'arrestation d'Ilia.

Enfin je l'ai lu le polar qui allait me captiver de bout en bout. Je la tiens ma pépite polar.

Polar, roman noir et roman historique, le mélange des genres est particulièrement réussi. L'intrigue se situe principalement à l'ère stalinienne après la Seconde Guerre mondiale, où le régime renforce son contrôle de la société et en particulier les milieux artistiques. Ce contrôle sur les esprits, les arrestations, les déportations, les condamnations pour faire disparaître quelqu'un d'un peu trop gênant. La peur des populations de la répression est aussi très bien retranscrite. Ainsi que les conditions de ces prisonniers, conditions abominables qui ne sont pas sans rappeler les camps des nazis.

C'est aussi l'époque où le culte de la personnalité de Staline prend son essor. Les administrations et services de police sont tous affublés de portraits plus que grandeur nature du petit père du peuple.

On suit le destin d'Illia d'une part, de sa femme Galina et ses enfants d'autre part, à la fin des années 40. Puis le moment présent, en 2008, avec Sacha, le petit-fils d'Illia et Galina qui se retrouve sur les traces de l'histoire de sa famille.

J'ai tout aimé, du début à la fin. J'ai aimé le contexte historique (qui n'est pas sans rappeler Enfant 44 de Tom Rob Smith qui m'avait aussi beaucoup plu). Il y a du suspens, peut-être pas au sens où on l'entend pour un polar, mais on a envie de savoir ce qu'il va se passer, je n'arrivais pas à lâcher ce livre. J'ai aimé les personnages, même les moins sympathiques.

L'écriture est tout à fait agréable, ce qui est de plus en plus rare dans les polars.

Je n'avais pas entendu parler de ce livre avant de le recevoir pour le prix Elle, je n'en attendais donc rien de particulier. Que c'est bon de se faire cueillir comme ça...

Le violoniste - Mechtild Borrmann
Le violoniste - Mechtild Borrmann
Le violoniste - Mechtild Borrmann
Le violoniste - Mechtild Borrmann
Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 09:15
Le Jardin des pleurs - Mohamed Nedali

Editions de l'Aube - 2014 - 248 pages

Maroc, de nos jours. Driss, infirmier à l'hôpital de Marrakech, est marié à Souad, serveuse dans un hôtel réputé de la ville. Alors qu'elle sert à la table d'un commissaire de police un peu éméché, celui-ci fait un geste déplacé à Souad, laquelle se rebelle et reçoit en retour une gifle. Elle décide alors de porter plainte, soutenue par son mari. S'engage alors une longue bataille juridique pour obtenir justice.

A partir de ce faits divers, inspiré d'une histoire vraie, Mohamed Nedali dresse un portrait de son pays pour le moins édifiant. Un système administratif et judiciaire gangrèné par la corruption, des avocats escrocs: tout s'achète, même un diplôme d'infirmier, il suffit de connaître les personnes influentes. Driss lui-même, bien qu'engagé dans cette lutte pour la justice, profite de ce système. La notion de service public paraît totalement inexistante dans ce pays où seuls les plus riches et les plus influents tirent leur épingle du jeu. Autant dire que le jeune couple n'a aucune chance.

Que dire aussi de l'égalité hommes - femmes? Le backchich est une institution, on nage en pleine hypocrisie et les Droits de l'Homme ne sont qu'un simulacre .Cette bataille judiciaire ronge complètement la vie de ce jeune couple, certains passages étant très prenants.

Je ne pensais pas que ce pays était à ce point dans ce mode de fonctionnement. On ne peut que le déplorer même si quelques notes d'espoir ressortent de ce livre, l'acharnement même du couple montre que les mentalités peuvent changer. Mais le chemin sera long.

Ma note: 4/5

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 11:31

Oui je sais, je prends vraiment des largesses avec ce tag, on est bien loin des trois jours consécutifs, mais tant pis, j'assume.

Pour ce troisième et dernier jour:

1. J'ai enfin passé la première couche de peinture à la suite du changement de radiateur de ma cuisine...depuis février...Reste à savoir quand je vais m'occuper des deux autres couches. Allez, objectif d'ici fin de semaine.

2. Un voyage accompagnée, totalement improvisé. Que ça fait plaisir...

3. Un super apéro dînatoire, crevettes-mayo maison. Un très bon moment partagé.

Bonne semaine les amis!

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Divers et variés
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 11:06
Meurtre à Tombouctou - Moussa Konaté

Editions Métailié Noir- 2014- 175 pages

Un jeune Touareg est retrouvé mort au pied d'un figuier, le crâne fendu, à l'entrée de la ville de Tombouctou. Pour son frère qui découvre le corps et sa famille, pas de doutes, il s'agit de l'oeuvre de Youssef, un de leurs cousins, branche de la famille avec qui ils sont brouillés, et qui avait déjà proféré des menaces de mort à leur encontre.

Le même jour, un Français en résidence à Tombouctou, essuie des tirs d'un mystérieux cavalier, traitant les Français de mécréants. Les deux événements sont-ils l'oeuvre d'un seul et même homme?

Le commissaire Touré, de la police de Tombouctou, est chargé de l'affaire, épaulé par l'expérimenté commissaire Habib et son adjoint Sosso, de la police de Bamako.

Ce roman policier assez court, se lit vite, et est de facture plutôt classique. J'ai été parfois rebutée par le côté désuet donné à l'histoire: les dialogues entre les personnages, leurs attitudes.Moussa Konaté, d'origine malienne, a beaucoup écrit sur son pays et en particulier la société malienne.

Ce qui fait vraiment l'intérêt de cette histoire, c'est le regard porté sur cette société en pleine transformation, constamment tiraillée entre traditions et modernité. L'auteur met en lumière toute la difficulté de faire respecter des lois nationales face à des ethnies régies par les leurs propres lois et leurs propres codes. Et en ce sens, le choix du roman policier s'avère très judicieux pour traiter de cet aspect. En effet, un corps ne peut être ramené au campement touareg mais livré à la police pour que celle-ci procède à tous les examens; il faut des preuves pour une arrestation; on ne libère pas comme ça un prisonnier...

Ou le passage où les imams rendent visite au commissaire Habib en lui expliquant, en toute courtoisie, que le temps presse pour retrouver l'assassin, qu'ils sont convaincus de la bonne volonté du commissaire mais qu'il peut rentrer à Bamako, qu'ils feront appel au marabout-devin qui se chargera de démasquer le coupable en un rien de temps.

Cette scène peut prêter à sourire pour nous mais elle démontre bien à quel point les croyances sont bien ancrées dans les mentalités.

Une étude sociétale très intéressante donc, malgré l'aspect un peu désuet du récit.

Ma note: 3,5 / 5

Meurtre à Tombouctou - Moussa Konaté
Repost 0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 10:43
La faute - Paula Daly

Editions Cherche-Midi - 2013 pour l'édition originale- 2014 pour la traduction française- 350 pages

Lisa vit avec son mari Joe, chauffeur de taxi, un homme attentionné et aimant, et leurs trois enfants. Elle travaille dans un chenil. Depuis leur arrivée à Troutbeck (!), une banlieue résidentielle, Lisa cultive un complexe d'infériorité par rapport à ses voisines qui, elles, semblent tout mener de front avec la plus grande aisance et surtout avec le sourire. Alors que Lisa se sent régulièrement perdre pied et faillir à ses responsabilités d'épouse et de mère. Jusqu'au jour où Lucinda, une amie de sa fille et dont la mère fait partie de ces modèles, disparaît alors qu'elle était censée dormir chez Lisa. C'est pour elle le coup de grâce...

J'ai un problème avec les polars en ce moment. A chaque rédaction d'un billet, le même sentiment, celui d'être restée sur ma faim, qu'il manque ce petit quelque chose qui vous scotche. Pourtant, j'affectionne toujours autant ce genre.

Je dois dire toutefois que ce polar remplit une partie de sa mission, avec du suspens, une intrigue prenante, des personnages suspects. Bref, il se lit bien- même si le style laisse vraiment à désirer, mais j'ai décidé de lâcher du lest pour les polars- , un bon page-turner comme on dit. De ce point de vue, le lecteur se trouve happé par l'intrigue et, pour un polar, c'est tout de même essentiel.

Mais, une fois encore, quelle déception avec le dénouement! On dirait que l'auteure a voulu se débarrasser de la résolution de l'énigme, tout est précipité. La nouvelle orientation prise par l'enquête donne l'impression d'arriver comme un cheveu sur la soupe. Et c'est vraiment dommage car tout le reste tient la route.

Je le conseillerai à ceux qui ne sont pas forcément de gros lecteurs de polars car on passe quand même un bon moment. Et pour cette raison, je considère ce polar comme celui qui se détache de la sélection ELLE depuis le début.

Ma note: 3.5 / 5

La faute - Paula Daly
La faute - Paula Daly
La faute - Paula Daly
Repost 0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 09:57
Flora - Gail Godwin

Editions Joelle Losfeld - 2012 pour l'édition originale- 2014 pour la traduction française- 275 pages

Eté 1945, aux Etats-Unis. Helen, dix ans, passe l'été avec une cousine de sa mère décédée, Flora, vingt-deux ans, alors que son père, proviseur d'un lycée, profite des vacances estivales pour se consacrer à une mission secrète en Caroline du Nord. Helen voit d'un très mauvais oeil l'arrivée de cette cousine hypersensible et qu'elle trouve plus qu'agaçante. Helen est de plus en plein deuil de sa grand-mère, Nonie, de qui elle se sentait très proche.

Une épidémie de polio dans la ville les oblige à rester en quarantaine dans la grande maison familiale qui part en ruine. Cette dernière a autrefois servi à accueillir des malades (des poumons essentiellement) en convalescence. Seuls quelques personnes viennent leur rendre visite, parmi lesquels Finn, le livreur de courses de l'épicerie, ancien soldat de l'armée, qui sort de l'hôpital après une blessure.

Ce roman m'a fait penser à l'époque victorienne, où la demeure occupe une place à part entière dans le récit, bien qu'ici cela ne soit pas aussi évident que l'auteure aurait voulu; des personnages bien élevés et bien sûr des jalousies et des rivalités. Helen, la narratrice, voue une haine, ou du moins un mépris à cette cousine, sans que cela ne soit réellement justifié. Flora peut agacer, c'est indéniable, mais pour Helen cela tourne à l'obsession. Concernant la narration justement, je suis partagée: il s'agit bien d'une enfant de dix ans qui parle mais très souvent on a l'impression de ne plus avoir affaire à une enfant mais à une adulte. De ce fait, le parti pris de l'auteure devient bancal.

D'un point de vue purement littéraire, techniquement, rien à redire: c'est bien écrit, bien construit, un modèle du genre, quoi. Mais je n'ai pas ressenti tellement d'attachement pour les personnages, j'ai gardé une certaine distance. Et finalement, je me suis demandée: "Pourquoi cette histoire?".

Ma note: 2,5 / 5 (je n'arrive plus à intégrer mes petites étoiles depuis la nouvelle version d'Overblog mais je ne m'avoue pas vaincue, je vais y arriver! Et je mettrais à jour.)

Flora - Gail Godwin
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 09:50

C'est parti pour le deuxième jour (j'ai un peu détourné la règle des trois jours consécutifs, mais bon, on n'a rien vu, hein?):

1. Je ne suis pas très douée en cuisine, j'arrive à rater des plats ultra simples. Mais hier j'ai très bien réussi ma quiche lorraine. J'étais très contente de moi.

2. Nous ne sommes pas arrivés en retard à l'école hier matin.

3. J'ai bien avancé sur le livre que je dois lire pour mon club de lecture demain et celui du prix ELLE. Je suis obligée de lire les deux en parallèle, ce qui n'est pas dans mes habitudes.

Bonne journée

Repost 0
Published by monpetitchapitre
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 13:26

Je rappelle rapidement le principe de ce tag qui tourne déjà. Durant trois jours, énumérer trois choses positives de sa journée. C'est Caro qui m'a tagguée.

Donc hier, même si j'ai appris une très mauvaise nouvelle pour une collègue / amie, voici ce que je peux dire:

1. J'ai rencontré la maîtresse d'école de mon fils et cela a été très positif. Il a encore des progrès à faire mais est sur la bonne voie et elle l'a bien cerné. Cela me conforte dans le choix que j'ai fait de le changer d'école car j'ai très mécontente de celle de l'année dernière.

2. J'ai vu un super concert, Asaf Avidan qui est actuellement en tournée acoustique. Une salle superbe et lui est très impressionnant, il communique beaucoup avec le public, a su varier et créer des univers musicaux très différents en étant seul sur scène. Et une voix...Bref un très bon moment partagé.

3. Mon chéri m'a enfin changé mon ampoule de phare de voiture!!!

A demain :-)

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Divers et variés
commenter cet article

Présentation

  • : Mon petit chapitre par Anne
  •  Mon petit chapitre par Anne
  • : Faire partager ma passion des livres et la joie que me procure la lecture. Et échanger avec vous impressions, conseils, coups de coeur...A bientôt
  • Contact

Sur le feu

 

Recherche

Index des auteurs

Lectures communes

Challenges

Challenges auxquels je participe:

voisins-voisines-version-curlz
 

Voisins Voisines 2013 chez Anne

1. La compagnie des menteurs de Karen Maitland (Angleterre)

2. La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...de Rachel Joyce (Angleterre)

3. Les trois lumières de Claire Keegan (Irlande)

4. La vie aux aguets de William Boyd (Angleterre)

5. Froid mortel de Johan Theorin (Suède)

6. Contrecoup de Rachel Cusk (Angleterre)

7. Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (Autriche)

8. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Danemark)

9. La maison des chagrins de Victor Del Arbol (Espagne)

 

Voisins voisines 2014

 

Voisins Voisines 2014 chez A propos des livres

1. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard (Angleterre)

2. L'heure trouble de Johan Theorin (Suède)

3. L'Exception de Audur Ava Olafsdottir (Islande)

4. L'oubli d'Emma Healey (Angleterre)

5. La faute de Paula Daly (Angleterre)

6. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Allemagne)

1. Le village de Dan Smith (Angleterre)

2. La ferme de Tom Rob Smith (Angleterre)

3. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza (Espagne)

      Challenge 13 auteurs

13 auteurs chez La vie telle qu'elle me passionne

1. Karine Giebel : Les morsures de l'ombre

2. William Boyd: La vie aux aguets

3. Thomas H.Cook

4. Anne Percin: Le premier été

5. Karen Maitland: La compagnie des menteurs

6. Ron Rash: Le monde à l'endroit

7. Marie-Hélène Lafon

8. Fabienne Juhel

9. Jo Nesbo

10. Laura Kasischke: Esprit d'hiver

11. R-J Ellory

12. Jussi Adler-Olsen: Miséricorde

13. Olivier Adam

 

J'ai l'impression que ce challenge n'est pas reconduit cette année mais j'ai bien envie de le poursuivre à titre individuel. Voici la liste établie pour 2014:

 

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Olivier Adam: Des vents contraires

6. Pascal Garnier

7. Linwood Barclay: Fenêtre sur crime

8. Joyce Maynard: Long week-end

9. Hélène Grémillon: Le confident

10. Lionel Salaun

11. Ryan David Jahn

12. Saphia Azzedine

13. Delphine De Vigan

10 auteurs que j'ai envie de découvrir en 2015:

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Pascal Garnier

6. Lionel Salaun

7. Ryan David Jahn

8. Silvia Avallone

9. Marie-Sabine Roger

10. Claire Favan

 

 

 

Challenge Polars et Thrillers 2013-2014

Challenge Thrillers et Polars 2013-2014 chez Liliba

1. Black coffee de Sophie Loubière

2. Elvis et la vertu de Frantz Delplanque

3. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

4. Le dernier Lapon de Olivier Truc

5. La maison des chagrins de Victor Del Arbol

6. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

7. L'appel du coucou de Robert Galbraith

8. Vilaines filles de Megan Abbott

9. Purgatoire des innocents de Karine Giébel

10. La Peur elle-même de Laura Sadowski

11. L'homme qui a vu l'homme de Marin Ledun

12. L'heure trouble de Johan Theorin

Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 chez Liliba

1. L'oubli d'Emma Healey

2. Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

3. La faute de Paula Daly

4. Le violoniste de Mechtild Borrmann

5. Le village de Dan Smith

6. Atomka de Franck Thilliez

7. Angor de Franck Thilliez

8. La cible d'Howard Gordon

9. Sans faille de Valentin Musso

 

Challenge Thrillers et polars 2015-2016 chez Sharon

1. Les nuits de Reykjavik d'Arnaldur Indridason

2. Arrêtez-moi de Lisa Gardner

3. L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté

4. La ferme de Tom Rob Smith

5. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

6. Derrière la haine de Barbara Abel

7. L'enfer de Church Street de Jake Hinkson

8. Am stram gram de M.J.Arlidge

9. Un vent de cendres de Sandrine Collette

10. Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

11. Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

12. Les visages écrasés de Marin Ledun

 

 

 

Où Je Chine...