Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:21
Atomka - Franck Thilliez

Editions Fleuve Noir - 2012- 598 pages

La découverte du cadavre d'un journaliste dans son congélateur, un enfant errant à la santé fragile, la disparition d'une journaliste qui enquête sur des sujets sensibles et des femmes retrouvées mortes au milieu de lacs gelés. Voilà à quoi se trouve confronté le 36 Quai des Orfèvres, où officient Franck Sharko et Lucie Hennebelle.

Le dernier opus de Franck Thilliez, Angor, faisant partie de la sélection Elle, j'aurais été frustrée de ne pas avoir lu dans l'ordre la série, sachant qu'Atomka était dans ma PAL. Et puis je me suis dit qu'un livre de 600 pages, c'est toujours facile à caser entre deux lectures :-s. Alors que j'ai la sélection Elle à lire (encore un roman, un document et un policier), le livre de Masse Critique chez Babélio, celui pour mon club de lecture, tout ça pour la fin du mois...bref, tout va bien, je ne me sens pas du tout avoir les yeux plus gros que le ventre!!

Mais revenons à nos moutons...J'ai retrouvé avec grand plaisir le duo de flics Hennebelle / Sharko. Je les aime, vraiment.Chacun avec ses fêlures, ses contradictions, sachant qu'ici je trouve que la part belle est faite plutôt à Sharko. Car il est traqué, rattrapé par son passé, lequel resurgit de façon vraiment inquiétante.

On a affaire ici à du Thilliez pur jus: rythme effréné, pas de temps mort, des rebondissements, le tout sur fond d'intrigue scientifique, où l'humain reste le centre, l'enjeu. Il est question de nucléaire et de ses catastrophes, de la radioactivité, Tchernobyl bien sûr, et ses conséquences sur les populations. Comme à son habitude, l'auteur s'attache à vulgariser son propos sans jamais donner l'impression d'être simpliste. On sent derrière tout le travail de recherche et de documentation. Je dois bien avouer que j'ai par moments perdu le fil de la démonstration mais cela n'a rien enlevé au plaisir de la lecture et à la compréhension globale.

J'attaque la suite!

Ma note: 4 / 5

Atomka - Franck Thilliez
Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 14:23
Allah est grand, la République aussi- Lydia Guirous

Editions JC Lattès - 2014- 250 pages

J'ai terminé ce livre deux jours avant les attentats contre Charlie Hebdo, et préparé le brouillon de ce billet la veille. Hasard du calendrier bien sûr, mais inutile de dire que ce livre a retenti de manière différente après ce qu'il s'était passé. Ce livre m'avait de toutes façons très intéressée mais je n'ai pu m'empêcher d'en avoir une relecture sous un autre angle de vue.

Je me suis posée la question de savoir si je remaniais complètement mon billet, j'ai attendu un peu cependant, je ne voulais pas (et ne pouvais pas, franchement) réagir trop à chaud. Et j'ai finalement pris la décision de le laisser intact, en rajoutant juste ces deux premiers paragraphes. Un livre utile, donc, qui va, par la force des choses, supplanter son concurrent dans la catégorie Document, qui est pourtant un super beau livre. C'est ça aussi la subjectivité d'un lecteur.

Pamphlet, coup de gueule, déclaration d'amour à la France, un livre qui vient du coeur, avec toute la subjectivité que cela engendre, mais totalement assumée il me semble. Et qui de fait n'évite pas les contradictions: sur l'école notamment, dont l'auteure prône les vertus quant aux possibilités que le système éducatif offre, même s'il reste très stéréotypé (orientation professionnelle déterminée en fonction de l'origine sociale...).

De même, Lydia Guirous explique à quel point la gauche a déçu et joue le jeu du communautarisme, par manque de courage et de positionnement clair. Elle indique, de façon tout à fait transparente, s'être sentie plus proche du candidat Sarkozy qui appelait à des valeurs de travail et de mérite dans lesquelles elle se reconnaissait. Pourtant, elle passe complètement sous silence les prises de position et les déclarations de cet homme politique sur l'immigration, les banlieues et l'intégration.

La partie la plus intéressante reste celle sur le statut des femmes chez les musulmans, le comportement des hommes, souvent jeunes, vis-à-vis des jeunes filles, le voile, la burqa. Elle déplore une régression de la condition des femmes, en même temps que le communautarisme grandit. Et je pense qu'elle n'exagère pas dans ses propos.

Les autres sujets ne manquent pas non plus d'intérêt mais j'avoue y avoir moins appris que je ne savais déjà. Cela a fait écho avec un livre que j'avais lu il y a quelques temps, écrit par le frère de Mohamed Merah où il traitait à peu près des mêmes thèmes, et où bon nombre de réflexions se rejoignent.

Ma note : 4,5 / 5

Allah est grand, la République aussi- Lydia Guirous
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Documents
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 10:56
Le village - Dan Smith

Editions Le Cherche-Midi - 2009 pour l'édition originale - 2014 pour la traduction française- 462 pages

Ukraine, 1930. Vyriv, un petit village perdu abrite des habitants encore traumatisés par la guerre civile et la famine. Ils vivent désormais dans la crainte de voir débarquer la Guépéou, la police politique, chargée de confisquer leurs biens aux habitants, d’exproprier dans le cadre du programme de collectivisation.

Un matin, Luka, ancien soldat et solide fermier qui vit au village avec sa femme et ses trois enfants, voit arriver un homme à bout de forces, tirant un traineau sur lequel gisent deux enfants morts. D’où viennent-ils ? Représentant une menace pour le village, l’homme est pendu, malgré les protestations de Luka. Quelques heures plus tard, une petite fille du village est enlevée. Luka, accompagné de ses deux fils, part à sa recherche. La traque commence…

Voilà typiquement le genre de livre qui met à mal toutes ses convictions littéraires, en matière de polar du moins. C’est-à-dire qu’on lui trouve beaucoup plus de défauts que de points forts, et pourtant on le dévore, c’est en tous cas ce qui m’est arrivé.

Alors d’abord, au vu du style, la lecture commençait très mal. Mal écrit, mal traduit, je ne sais pas mais cela m’a dérangée au début. Et puis par la suite, sans que je me l’explique, j’ai dû m’habituer, bref, c’est passé.

Ensuite, des longueurs, des répétitions, beaucoup d’interrogations du héros, Luka, qui se trouve être le narrateur. En fait, je n’ai pas aimé ce personnage, sans faille, qui détient toujours la bonne solution, adopte la bonne attitude. Qui fait des erreurs mais fait preuve de courage et de bonne volonté. Celui qui porte en lui un lourd passé, qui en a bavé, mais qui a su se relever et brave encore aujourd’hui tous les dangers pour faire éclater la justice et la vérité. C’est cliché et ça m’agace. Quant aux autres personnages, c’est pareil, il m’a manqué de la nuance, de la complexité.

Et pourtant, je l’ai lu d’une traite, je me suis laissée prendre par l’intrigue, j’ai eu du mal à le lâcher. L’auteur maitrise parfaitement le suspens et l’environnement dans lequel se déroule l’histoire, une steppe enneigée et froide, apporte une valeur ajoutée incontestable. Le contexte historique, les débuts du régime stalinien et de la terreur, s’accorde parfaitement.

Finalement, je reconnais là les qualités d’un bon thriller même si plus de subtilité n’aurait pas fait de mal. Mais je le recommande quand même. Et je le sens très bien parti pour remporter le prix dans sa catégorie.

Ma note: 4,5 / 5

Le village - Dan Smith
Le village - Dan Smith
Le village - Dan Smith
Repost 0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 10:52
Constellation - Adrien Bosc

Editions Stock- 2014- 196 pages

Le Constellation, reliant Paris à New-York, c'est l'avion à bord duquel est mort Marcel Cerdan en octobre 1949. En parallèle du récit de ce drame, l'auteur s'attache à retracer la vie, ou en tous cas des morceaux de vie, le contexte de leur présence dans cet engin, des passagers de vol.

Ce que je voudrais mettre en avant c'est la qualité de l'écriture. Quelle maîtrise, c'est vraiment remarquable, et pour moi le point fort de ce roman.

Le récit, qui fait revivre le temps de quelques pages ces personnes, anonymes ou non, est intéressant. Adrien Bosc n'inonde pas de détails inutiles, il a su doser juste ce qu'il faut.

Ce qui m'a manqué, c'est un fil conducteur, un lien entre tous ces personnages, qui n'ont de commun que le fait d'avoir été passagers de ce vol et d'en être morts. J'ai ressenti une lassitude au bout d'un moment face à cette succession d'histoires, qui ont le mérite de ne pas être longues, je le répète.

J'ai néanmoins été touchée par l'importance du travail de recherche et l'implication du romancier. On sent un réel attachement à ces personnes à la destinée tragique.l'auteur réserve d'ailleurs le même traitement -où presque- à tous, en dépit de la notoriété de certains tels que Marcel Cerdan ou Ginette Neveu . À noter toutefois que, au vu du type d'avion qu'était le Constellation, le vol était réservé à des privilégiés ,des personnes d'un certain statut, a l'exception de trois ou quatre d'entre eux, les jeunes Basques notamment.

Je m'interroge cependant sur la qualification de roman par l'éditeur : tout ce qui est consigné dans ce livre n'est-il pas vrai et le fruit d'un travail de recherche ?

Ma note: 3 / 5

Constellation - Adrien Bosc
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 09:57
Mon année Salinger - Joanna Smith Rakoff

Editions Albin Michel - 2014 pour l'édition originale et la traduction française - 357 pages

1996. Joanna vient de terminer ses études de lettres, et de quitter Londres pour New-York où elle vient de décrocher un emploi d'assistante dans une agence littéraire, chargée donc de s'occuper d'auteurs. Pour cette agence, la figure de proue s'appelle Salinger. Joanna est en charge notamment de réceptionner et répondre aux lettres des admirateurs du célèbre écrivain, lequel vit reclus à la campagne et refuse tout contact avec ses fans.

La jeune femme vit avec son petit ami Don, qui s'essaie à l'écriture d'un livre. Entre fêtes chez les amis, le coût élevé de la vie à New-York et une certaine quête d'elle-même, Joanna raconte ici son année à New-York.

Ce livre aurait pu être sous-titré "Chronique d'une année new-yorkaise". Je l'ai perçu en effet comme un hommage à la ville de New-York, même si la vie n'y est pas toujours simple, surtout lorsqu'on a un petit salaire. Le fait de bien connaitre la ville représente indéniablement un plus. J'y suis allée il y a vingt ans alors même si plein de choses ne s'oublient pas, là j'ai eu du mal à visualiser les lieux.

L'auteure raconte avec humour et tendresse la vie de cette agence littéraire qui a du mal à franchir le pas de la modernité à l'aube du XXIème siècle. Certains passages sont bien réussis, et font naître une certaine nostalgie chez le lecteur (vous savez quand on se dit: "Ah oui, tu te souviens ce truc...?"). La mention même de l'usage de la machine à écrire pour taper les lettres apporte un charme désuet au récit. On ressent le poids d'une tradition, volontairement perpétuée par la responsable, personnage haut en couleurs. Les relations qu'elle entretient avec Joanna m'ont parfois fait penser au Diable s'habille en Prada. Ce qui n'est pas vraiment un compliment, même si ce n'est pourtant pas le but, mais cette référence m'est venue spontanément à l'esprit.

Enfin, en quête d'elle-même, il s'agit également de la construction de la vie d'une jeune fille de vingt-quatre ans. Bon, cette partie est clairement pour moi la moins intéressante.

En bref, un récit pas désagréable mais pas indispensable non plus.

Ma note: 3 / 5

Mon année Salinger - Joanna Smith Rakoff
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Documents
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 12:47
Molière à la campagne - Emmanuelle Delacomptée

Editions JC Lattès - 2014-

Quatrième de couverture: « Sur le quai de la gare Saint-Lazare, entre trois grosses valises et une poignée de pigeons, je reste étourdie.
Après des dissertations de sept heures, une maîtrise imparable de l’exophore mémorielle, une science sans faille de l’évolution des sons [aü] et [eü] au XVIIIe siècle, une acquisition sûre de la notion de valence et d’analyse actancielle, une compréhension intime des hypotyposes, une fréquentation assidue du Canzionere de Pétrarque, l’Éducation nationale m’expédie dans les tréfonds de l’Ouest, au cœur de la Haute-Normandie, entre les départementales D32 et D547, à Saint-Bernard de l’E., au collège des 7 Grains d’Or, au beau milieu des champs de maïs.»

La question de l’enseignement dans les « zones urbaines sensibles » a été maintes fois traitée. Mais qu’en est-il dans ces déserts modernes que sont les zones rurales ? Molière à la campagne raconte le parcours héroï-comique d’une jeune enseignante, débordée par les réactions cocasses et bruyantes de ses élèves, mais aussi par les impératifs ineptes de l’Éducation nationale... Portrait d’un monde finissant qui se cherche un nouveau modèle."

Mon avis: Franchement, au vu de la quatrième de couverture, on peut s'attendre au pire.A la fin de ma lecture, j'ai un goût amer, car ce livre m'a gênée, à plusieurs titres. Je tiens à préciser en préambule que je ne suis pas prof, ni ne travaille dans le milieu enseignant, et je me suis demandée si ma méconnaissance de ce milieu pouvait expliquer mes interrogations. Je ne voudrais pas descendre en flèche un témoignage attestant d'une réalité. Cependant, je vois tout de même ce qu'il se passe autour de moi.

Ce qui m'a le plus dérangée dans cette histoire c'est la généralisation. Pour être claire, pas un personnage ne semble tenir la route. Les élèves paraissent très éloignés de ce que peut leur apporter l'école, les parents n'en parlons pas, ils sont au pire démissionnaires, au mieux désemparés mais de bonne volonté.

L'administration de l'Education nationale en prend aussi pour son grade. Les formateurs des enseignants semblent être totalement à côté de la plaque quant à la réalité que vivent leurs jeunes recrues. Si c'est vrai, je veux dire si cela est généralisé, je trouve cela grave. Le principal du collège apparaît comme quelqu'un de totalement désabusé et d'aucune aide ou soutien pour les professeurs ou les élèves. Là encore, c'est alarmant.

Bref, j'ai trouvé le propos également très parisien.

En fait, je refuse de croire à un tel pessimisme. Je ne nie pas que l'auteure pointe du doigt un certain nombre de dysfonctionnements, encore une fois, je ne travaille pas dans l'enseignement. Elle parle bien notamment du décrochage scolaire, à travers le parcours d'un de ses élèves. Mais le tout me paraît exagéré. Si cela avait un roman, pourquoi pas, mais là il s'agit bien d'un document / essai, et présenté comme tel.

J'ai voulu avoir le point de vue de quelqu'un de ce milieu, en la personne de Valérie, prof de son état et enseignant aussi dans l'Eure. Je n'aurais pas parié un centime sur le fait qu'elle trouve un quelconque qualité à ce bouquin. Et pourtant, elle lui en a trouvé plusieurs...Allez lire son avis ici.

Ma note: 2 / 5

Molière à la campagne - Emmanuelle Delacomptée
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Documents
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 10:38
Prière pour celles qui furent volées - Jennifer Clement

Editions Flammarion - 2014 pour l'édition originale et la traduction française - 270 pages

Quatrième de couverture:

Ladydi, quatorze ans, est née dans un monde où il ne fait pas bon être une fille. Dans les montagnes du Guerrero au Mexique, les femmes doivent apprendre à se débrouiller seules, car les hommes ont les uns après les autres quitté cette région pour une vie meilleure. Les barons de la drogue y règnent sans partage. Les mères déguisent leurs filles en garçons ou les enlaidissent pour leur éviter de tomber dans les griffes des cartels qui les « volent ». Et lorsque les 4X4 patrouillent dans les villages, Ladydi et ses amies se cachent dans des trous creusés dans les arrière-cours, pareilles à des animaux qui détalent pour se mettre en sécurité. Alors que la mère de Ladydi attend en vain le retour de son mari, la jeune fille et ses amies rêvent à un avenir plein de promesses, qui ne serait pas uniquement affaire de survie.

En ce moment, on peut dire que je suis plutôt en veine, j'enchaîne les bonnes lectures.

Ce récit livre de formidables portraits de femmes. Les mères tout d'abord, abandonnées par leurs maris partis aux Etats-Unis pour une vie meilleure. Au mieux ils envoient de l'argent à leur famille restée au Mexique, ou alors ils refont leur vie sur le sol américain, disparaissant pour de bon. C'est le cas de Ladydi et sa mère. Ces mères qui doivent vivre dans un monde sans hommes, et veiller sur leurs filles, proies des narco trafiquants, qui s'en servent d'esclaves sexuelles.

Ces jeunes filles ensuite qui apprennent très tôt à s'enlaidir pour ne pas "attirer" les hommes, pour qui tout signe de féminité est interdit. Ainsi, une belle coiffure, une pose de vernis à ongles ne peuvent se faire que dans l'intimité d'un salon de beauté, l'espace d'une heure ou deux. Institut de beauté utile aux mères seulement, trop vieilles pour intéresser les magnats de la drogue.

Ces femmes tentent de survivre dans cet univers de violence et de peur, dans une région particulièrement hostile, l'Etat du Guerrero, un des plus pauvres et des plus violents du pays. Elles habitent dans des maisons éloignées les unes des autres, dans les montagnes où le climat est très aride et peuplées de bêtes peu sympathiques (iguanes...), l'auteure met l'accent sur cette nature peu engageante et qui rajoute aux difficultés de ces femmes. Leur situation les éloigne aussi des services publics, santé ou éducation, qui n'interviennent que de façon très irrégulière dans ces régions.

Elles sont aussi victimes de l'activité de ces narcotrafiquants dont les champs de culture jouxtent les villages et les habitations.

La première partie de ce livre est absolument passionnante, donnant à découvrir, au-delà de cette région du Guerrero, un pays entier aux mains des cartels, et dont la richesse ne repose que sur la culture et le trafic de drogue. Où la violence et la peur font partie du quotidien.

J'ai été moins emballée par le seconde partie, j'ai trouvé que le récit s'essoufflait.

Il n'empêche que ce livre est d'une très grande qualité et je vous le recommande chaudement. Mon roman préféré depuis le début du prix Elle.

Ma note: 5 / 5

Prière pour celles qui furent volées - Jennifer Clement
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 22:23
Le violoniste - Mechtild Borrmann

Editions Le Masque - 2012 pour l'édition originale- 2014 pour la traduction française- 244 pages

Moscou, 1948. Ilia Grenko est un brillant violoniste qui se produit sur les scènes les plus prestigieuses d'Europe. Un soir, à la sortie d'un concert, il est arrêté par deux hommes. Emmené au siège du KGB, on l'accuse d'avoir voulu s'enfuir à Vienne, où il projetait de se rendre pour une série de concerts, accompagnés exceptionnellement de sa femme et de ses deux jeunes garçons, Pavel et Ossip. Enfermé dans une cellule où il ne peut tenir debout, il est contraint à singer des aveux, en échange de quoi on lui promet que sa famille sera épargnée. Il est condamné à vingt ans de travaux forcés.

A l'inverse de la promesse faite à Ilia, Galina, sa femme et ses deux enfants sont déportés, en exil. Le KGB explique à Galina que son mari a fui le pays et donc considéré comme un traître.

Soixante ans plus tard, Sacha, le petit-fils d'Ilia et Galina, reçoit une lettre de sa sœur Viktoria dont il avait été séparé très jeune après la mort de leurs parents, où il est question de l'histoire de la famille. Après avoir pris connaissance de certains documents, Sacha constate que tout semble se concentrer autour du Stradivarius de son grand-père, violon disparu lors de l'arrestation d'Ilia.

Enfin je l'ai lu le polar qui allait me captiver de bout en bout. Je la tiens ma pépite polar.

Polar, roman noir et roman historique, le mélange des genres est particulièrement réussi. L'intrigue se situe principalement à l'ère stalinienne après la Seconde Guerre mondiale, où le régime renforce son contrôle de la société et en particulier les milieux artistiques. Ce contrôle sur les esprits, les arrestations, les déportations, les condamnations pour faire disparaître quelqu'un d'un peu trop gênant. La peur des populations de la répression est aussi très bien retranscrite. Ainsi que les conditions de ces prisonniers, conditions abominables qui ne sont pas sans rappeler les camps des nazis.

C'est aussi l'époque où le culte de la personnalité de Staline prend son essor. Les administrations et services de police sont tous affublés de portraits plus que grandeur nature du petit père du peuple.

On suit le destin d'Illia d'une part, de sa femme Galina et ses enfants d'autre part, à la fin des années 40. Puis le moment présent, en 2008, avec Sacha, le petit-fils d'Illia et Galina qui se retrouve sur les traces de l'histoire de sa famille.

J'ai tout aimé, du début à la fin. J'ai aimé le contexte historique (qui n'est pas sans rappeler Enfant 44 de Tom Rob Smith qui m'avait aussi beaucoup plu). Il y a du suspens, peut-être pas au sens où on l'entend pour un polar, mais on a envie de savoir ce qu'il va se passer, je n'arrivais pas à lâcher ce livre. J'ai aimé les personnages, même les moins sympathiques.

L'écriture est tout à fait agréable, ce qui est de plus en plus rare dans les polars.

Je n'avais pas entendu parler de ce livre avant de le recevoir pour le prix Elle, je n'en attendais donc rien de particulier. Que c'est bon de se faire cueillir comme ça...

Le violoniste - Mechtild Borrmann
Le violoniste - Mechtild Borrmann
Le violoniste - Mechtild Borrmann
Le violoniste - Mechtild Borrmann
Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 09:15
Le Jardin des pleurs - Mohamed Nedali

Editions de l'Aube - 2014 - 248 pages

Maroc, de nos jours. Driss, infirmier à l'hôpital de Marrakech, est marié à Souad, serveuse dans un hôtel réputé de la ville. Alors qu'elle sert à la table d'un commissaire de police un peu éméché, celui-ci fait un geste déplacé à Souad, laquelle se rebelle et reçoit en retour une gifle. Elle décide alors de porter plainte, soutenue par son mari. S'engage alors une longue bataille juridique pour obtenir justice.

A partir de ce faits divers, inspiré d'une histoire vraie, Mohamed Nedali dresse un portrait de son pays pour le moins édifiant. Un système administratif et judiciaire gangrèné par la corruption, des avocats escrocs: tout s'achète, même un diplôme d'infirmier, il suffit de connaître les personnes influentes. Driss lui-même, bien qu'engagé dans cette lutte pour la justice, profite de ce système. La notion de service public paraît totalement inexistante dans ce pays où seuls les plus riches et les plus influents tirent leur épingle du jeu. Autant dire que le jeune couple n'a aucune chance.

Que dire aussi de l'égalité hommes - femmes? Le backchich est une institution, on nage en pleine hypocrisie et les Droits de l'Homme ne sont qu'un simulacre .Cette bataille judiciaire ronge complètement la vie de ce jeune couple, certains passages étant très prenants.

Je ne pensais pas que ce pays était à ce point dans ce mode de fonctionnement. On ne peut que le déplorer même si quelques notes d'espoir ressortent de ce livre, l'acharnement même du couple montre que les mentalités peuvent changer. Mais le chemin sera long.

Ma note: 4/5

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 11:31

Oui je sais, je prends vraiment des largesses avec ce tag, on est bien loin des trois jours consécutifs, mais tant pis, j'assume.

Pour ce troisième et dernier jour:

1. J'ai enfin passé la première couche de peinture à la suite du changement de radiateur de ma cuisine...depuis février...Reste à savoir quand je vais m'occuper des deux autres couches. Allez, objectif d'ici fin de semaine.

2. Un voyage accompagnée, totalement improvisé. Que ça fait plaisir...

3. Un super apéro dînatoire, crevettes-mayo maison. Un très bon moment partagé.

Bonne semaine les amis!

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Divers et variés
commenter cet article

Présentation

  • : Mon petit chapitre par Anne
  •  Mon petit chapitre par Anne
  • : Faire partager ma passion des livres et la joie que me procure la lecture. Et échanger avec vous impressions, conseils, coups de coeur...A bientôt
  • Contact

Sur le feu

 

Recherche

Index des auteurs

Lectures communes

Challenges

Challenges auxquels je participe:

voisins-voisines-version-curlz
 

Voisins Voisines 2013 chez Anne

1. La compagnie des menteurs de Karen Maitland (Angleterre)

2. La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...de Rachel Joyce (Angleterre)

3. Les trois lumières de Claire Keegan (Irlande)

4. La vie aux aguets de William Boyd (Angleterre)

5. Froid mortel de Johan Theorin (Suède)

6. Contrecoup de Rachel Cusk (Angleterre)

7. Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (Autriche)

8. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Danemark)

9. La maison des chagrins de Victor Del Arbol (Espagne)

 

Voisins voisines 2014

 

Voisins Voisines 2014 chez A propos des livres

1. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard (Angleterre)

2. L'heure trouble de Johan Theorin (Suède)

3. L'Exception de Audur Ava Olafsdottir (Islande)

4. L'oubli d'Emma Healey (Angleterre)

5. La faute de Paula Daly (Angleterre)

6. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Allemagne)

1. Le village de Dan Smith (Angleterre)

2. La ferme de Tom Rob Smith (Angleterre)

3. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza (Espagne)

      Challenge 13 auteurs

13 auteurs chez La vie telle qu'elle me passionne

1. Karine Giebel : Les morsures de l'ombre

2. William Boyd: La vie aux aguets

3. Thomas H.Cook

4. Anne Percin: Le premier été

5. Karen Maitland: La compagnie des menteurs

6. Ron Rash: Le monde à l'endroit

7. Marie-Hélène Lafon

8. Fabienne Juhel

9. Jo Nesbo

10. Laura Kasischke: Esprit d'hiver

11. R-J Ellory

12. Jussi Adler-Olsen: Miséricorde

13. Olivier Adam

 

J'ai l'impression que ce challenge n'est pas reconduit cette année mais j'ai bien envie de le poursuivre à titre individuel. Voici la liste établie pour 2014:

 

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Olivier Adam: Des vents contraires

6. Pascal Garnier

7. Linwood Barclay: Fenêtre sur crime

8. Joyce Maynard: Long week-end

9. Hélène Grémillon: Le confident

10. Lionel Salaun

11. Ryan David Jahn

12. Saphia Azzedine

13. Delphine De Vigan

10 auteurs que j'ai envie de découvrir en 2015:

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Pascal Garnier

6. Lionel Salaun

7. Ryan David Jahn

8. Silvia Avallone

9. Marie-Sabine Roger

10. Claire Favan

 

 

 

Challenge Polars et Thrillers 2013-2014

Challenge Thrillers et Polars 2013-2014 chez Liliba

1. Black coffee de Sophie Loubière

2. Elvis et la vertu de Frantz Delplanque

3. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

4. Le dernier Lapon de Olivier Truc

5. La maison des chagrins de Victor Del Arbol

6. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

7. L'appel du coucou de Robert Galbraith

8. Vilaines filles de Megan Abbott

9. Purgatoire des innocents de Karine Giébel

10. La Peur elle-même de Laura Sadowski

11. L'homme qui a vu l'homme de Marin Ledun

12. L'heure trouble de Johan Theorin

Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 chez Liliba

1. L'oubli d'Emma Healey

2. Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

3. La faute de Paula Daly

4. Le violoniste de Mechtild Borrmann

5. Le village de Dan Smith

6. Atomka de Franck Thilliez

7. Angor de Franck Thilliez

8. La cible d'Howard Gordon

9. Sans faille de Valentin Musso

 

Challenge Thrillers et polars 2015-2016 chez Sharon

1. Les nuits de Reykjavik d'Arnaldur Indridason

2. Arrêtez-moi de Lisa Gardner

3. L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté

4. La ferme de Tom Rob Smith

5. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

6. Derrière la haine de Barbara Abel

7. L'enfer de Church Street de Jake Hinkson

8. Am stram gram de M.J.Arlidge

9. Un vent de cendres de Sandrine Collette

10. Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

11. Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

12. Les visages écrasés de Marin Ledun

 

 

 

Où Je Chine...