Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2022 2 06 /12 /décembre /2022 10:01

Editions Actes Sud - Babel noir- 2017 pour la traduction française- 2019 pour l'édition poche- 400 pages

L'inspecteur Ibarra est appelé au chevet d'une femme blessée qui vient d'être admise à l'hôpital. Il reconnait Eva Malher, la mère d'une petite fille assassinée quelques années plus tôt, et dont Ibarra avait tué le meurtrier. D'où Eva vient-elle, elle qui est portée disparue depuis plusieurs semaines? 

Elle avait trouvé refuge dans une pension tenue par Dolores, où logent aussi un grand-père et son petit-fils.

Je me faisais une joie de retrouver cet auteur dont j'avais beaucoup aimé ses deux premiers romans traduits en français, La tristesse du samouraï et La maison des chagrins. On retrouve ici la patte de l'auteur, sa construction narrative: plusieurs personnages dont les liens se dessinent et les histoires se révèlent au fil de l'histoire, donnant au récit des airs de tragédie. Plusieurs époques, le passé qui resurgit. 

Alors certes les livres de Victor del Arbol ne sont jamais très joyeux mais j'ai trouvé ce livre long, noir et même plombant par moments car aucun des personnages ne parvient à sortir de cette atmosphère maussade. Ils finiraient tous pas se pendre qu'on n'en serait pas surpris.

Grosse déception donc, je me suis accrochée sur plus de trois cents pages quand même, mais je ne suis pas allée au bout. Pas sûre que je continue avec cet auteur.

Ma note:

La veille de presque tout - Victor del Arbol
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 13:57

Le Livre de poche - 2006 pour l'édition originale - 378 pages

Courbevoie, avril 2003. Le cadavre mutilé de deux femmes est retrouvé dans un appartement d'une résidence neuve. Le commissaire Verhoeven et son équipe sont chargés de l'enquête. Très vite, un lien est établi avec d'autres affaires du même type, non résolues. Aidés par un professeur de littérature et un libraire, Camille Verhoeven met au jour un point commun entre tous ces meurtres: ils sont la réplique de scènes de crimes de romans policiers. Qui est ce bourreau, amateur et connaisseur de polars, qui semble par ailleurs bien connaitre le commissaire?

Avec ce premier roman de la série Verhoeven, Pierre Lemaitre introduit son personnage au physique atypique de par sa petite taille. Le récit installe ses personnages, amenés à être récurrents ou non. Ce livre se veut clairement un hommage de l'auteur aux grands classiques de littérature policière internationale.

J'aime beaucoup Pierre Lemaitre, amis je dois dire que ce livre m'a déçue. L'argument des crimes calqués sur des scènes de livres m'a paru un peu mince; certains personnages et certaines pistes auraient mérité d'être davantage creusés, ce qui aurait d'ailleurs renforcé la crédibilité de certaines situations.

La dernière partie est toutefois plus réussie, plus palpitante, jusqu'à la fin qui m'a scotchée. Je vais malgré tout poursuivre la série pour voir comment tout ce petit monde évolue. A suivre...

Ma note:

Travail soigné - Pierre Lemaitre
Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 14:49

Editions Actes Sud Actes noirs- 2021 pour l'édition originale - 2021 pour la traduction française - 336 pages

Au coeur de Tokyo, une femme est retrouvée morte chez elle, étranglée. Kaga, nouvellement arrivé au commissariat du quartier, est en charge de l'enquête. Fin observateur, ses méthodes tranchent avec celles de ses collègues. Il préfére s'imprégner des atmosphères, discuter avec les gens pour en savoir un peu plus. Aussi, il rend visite à des restaurateurs, des commerçants, des livreurs, qui ont tous un lien plus ou moins direct avec la victime, nous invitant à un voyage dans les quartiers de Tokyo.

Première lecture de cet auteur qui me fait envie depuis lontemps. Et cette première rencontre a été des plus agréables. Kaga aborde différentes personnes et chacun de ces groupes constitue un chapitre. J'ai eu parfois la sensation d'être dans le jeu de société Les mystères de Pékin! On suit avec plaisir toutes ces histoires, et les liens qui les unissent, en particulier intrafamiliaux et intergénérationnels.

Pour autant, l'enquête reste le fil conducteur et n'est jamais oubliée, et ce jusqu'à la fin, proposant ainsi un dénouement intéressant. Un très bon livre que je conseille.

Ma note:

 

Le nouveau  - Keigo Higashino
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 13:53

Editions Gallmeister - 2019 pour l'édition originale et pour la traduction française - 328 pages

Voici un très bon roman noir qui présente principalement deux atouts: des personnages forts et le lieu où se déroule l'action.

Le point de départ du récit se situe au moment de la mort accidentelle, du moins le croit-on au début, de Richie Pelham, un homme simple et généreux, qui a hérité des terres de ses parents décédés lorsqu'il était plus jeune. Meurtri par le suicide de sa première femme et mère de son fils Jesse, et par la mort de son frère Vandy, alcoolique, il retrouve l'amour avec Grace, qui parcourt les chemins aux côtés de son frère Carroll, prédicateur évangéliste. Le duo organise de grands prêches et s'adonne même à des séances d'exorcisme pour libérer leurs fidèles du mal, n'hésitant pas pour cela à payer des gens pour feindre la guérison. La crédulité des gens fait le reste.

Lorsque Jesse se retrouve seul avec sa belle-mère et sa demi-soeur Abbie Lee, il sent bien que quelque chose n'est pas net. Accablé par la mort de son père, il part de plus en plus souvent chasser ou pêcher et c'est à cette occasion qu'il rencontre Billy, un vétéran fugitif. Entre eux naît une amitié qui donne lieu à de l'entraide mutuelle.

Rapidement, le pseudo accident laisse place à une machination qui a pour enjeu les terres de Richie Pelham. Ces terres d'argile, appelé kaolin, dont l'extraction intéressent particulièrement les compagnies minières. Un deal est passé entre Grace, Carroll, un banquier et le directeur de la compagnie minière, aidés par Kirbo, le shérif véreux. Seulement, rien ne va se passer comme prévu...

Les personnages sont vraiment bien campés et j'ai constaté qu'il y avait beaucoup de duos, ce qui apporte une dimension intéressante au récit. J'ai particulièrement aimé celui formé par Richie et son frère Vandy, qui n'ont pas été épargnés par la vie.

Et enfin, le lieu, la Géorgie, la nature, la moiteur, les marais occupent une place prépondérante dans le récit.

J'ai beaucoup aimé cette histoire, à la fois noire et très belle. J'aime aussi beaucoup la couverture du livre.

 Je ne connaissais pas cet auteur que je vais suivre désormais.

Ma note:

Les mangeurs d'argile - Peter Farris
Partager cet article
Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 11:31

Le Livre de poche - 2007 pour l'édition originale - 2008 pour la traduction française - 602 pages

1939, en Georgie. Joseph Vaughan a douze ans lorsque les premiers meurtres de fillettes surviennent à Augusta Falls où il habite avec sa mère. Son père vient de mourir des suites d'une fièvre. Il fréquente l'école de la ville où son institutrice, Mlle Webber, décèle chez lui des talents d'écrivain, et le pousse à exploiter ce don. Pendant ce temps, les meurtres abominables de fillettes continuent, ici et aux alentours. Jospeh se met en tête, avec quelques camarades, de protéger les jeunes filles pouvant être de futures proies. Cette armée amatrice ne parvient pas à arrêter le tueur. Qui commet ces meurtres? Cette question hante Joseph toute sa vie, jalonnée d'une série de drames et de malheurs.

Tout d'abord, ne lisez pas la quatrième de couverture qui en dit beaucoup trop!

Ce qui m'a frappée d'emblée dans ce livre, c'est la puissance de l'écriture. L'auteur nous invite à suivreson héros, Joseph, de ses douze ans jusqu'à ses quarante ans environ. Un tueur en série sévit en Georgie. Cette menace permanente et l'impuissance des habitants d'Augusta Falls, et en particulier de Joseph, le poursuit sans jamais le lâcher. Il n'aura de cesse, toute sa vie, de mettre la main sur le meurtrier. Cette obsession se trouve renforcée lorsque qu'une de ses amies proches, une petite voisine, trouve elle aussi la mort lors d'un incendie, dont on ne sait s'il est l'oeuvre du serial killer

Joseph trouve dans l'écriture une sorte de rédemption, sans pour autant se départir de ce sentiment de culpabilité qui l'anime Ajoutés à cela, il connait très tôt de nombreuses tragédies personnelles qui renforcent sa volonté de justice

Ce livre dégage une atmosphère très particulière, à la fois paisible et tragique En effet, à Augusta Falls, hormis ces meurtres, il ne se passe pas grand chose, chaque jour se ressemble et les perspectives d'avenir sont plutôt étroites

Un livre à l'écriture puissante dont on regrettera cependant un dénouement un peu rapide. Une belle découverte.

Ma note

Seul le silence - R.J.Ellory

Partager cet article
Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 16:09

Editions Gallimard - 2019- 154 pages

Mictlan, c'est le lieu que doivent atteindre les morts, avant que leur âme ne s'envole vers l'au-delà. Le Gouverneur les a prévenus, par l'intermédiaire du Commandant: Gros et Vieux, qui conduisent le camion chargé de ces cadavres, ne doivent d'arrêter sous aucun prétexte, sauf pour faire le plein d'essence et en profiter pour se ravitailler à cette occasion. 

On est ici dans Le salaire de la peur. Le camion ne doit pas s'arrêter, non par risque d'explosion, mais parce que la violence menace à tout moment. Gros et Vieux ne se connaissent pas, ne savent rien l'un de l'autre, ne se parlent. Ils doivent effectuer un boulot, point barre. 

Mictlan est un livre court mais qui ne se lit pas si vite. Le récit alterne avec le point de vue de Gros, et une narration objective. Les chapitres où Gros parle, les phrases font plusieurs pages, avec peu voire pas de ponstuation, ce qui a rendu ma lecture éprouvante. Ce parti pris dans la construction du récit rend compte d'une certaine urgence, mais pas facile pour le lecteur. Je suis allée au bout du livre, non sans peine.

Ma note:

 

Mictlan - Sébastien Rutès
Partager cet article
Repost0
4 février 2020 2 04 /02 /février /2020 10:58

Editions Fleuve noir - 2015 - 471 pages

C'est le casse du siècle. Ou plutôt l'un des plus beaux coups réalisés que ce braquage à l'aéroport de Zaventem à Bruxelles, sans haine, ni violence. Aussitôt, la police soupçonne Franck Jammet, braqueur de haut vol, fraîchement sorti de prison.

De son côté, c'est un modeste épicier qui vient trouver Jean Villemont, avocat, pour défendre son fils, Akim Bachir, qui vient d'être arrêté et incarcéré pour avoir braqué un bureau de poste. Le jeune homme, au passé de déliquant, semblait pourtant s'être rangé des voitures, marié, père d'un petit garçon. En visionnat les caméras de surveillance, Jean Villemont en est persuadé: Akim a simulé cette attaque. Il n'est pas venu dans le bureau de poste pour le braquer mais pour se réfugier, étant sans doute poursuivi. Mais par qui? Et pourquoi, même en prison, se sent-il menacé et a-t-il demandé à sa femme de fuir avec leur fils?

Cela faisait un moment que j'avais ce livre dans ma PAL, acheté à Quais du Polar où j'avais découvert cet auteur belge. Le lecteur se retrouve ici en immersion dans le milieu du grand banditisme, option braqueurs. Pour Franck Jammet et sa bande, les règles sont strictes: ne jamais faire usage d'armes à feu pour ne blesser, et encore moins tuer, personne. On suit sa trajectoire, sa rencontre avec sa femme Julie, et le tiraillement incessant, plus ou moins assumé, entre une vie rangée et l'adrénaline des casses, des cavales.

Jean Villemont, lui, se situe à la croisée des chemins. Sa femme Estelle vient de le quitter, et il nourrit encore l'espour d'un hypothétique retour. Il rencontre lors d'une soirée Leila, une jeune avocate, avec laquelle il entame un début de relation. Malgré la bienveillance de la jeune femme, Jean ne parvient pas à lâcher prise et à oublier Estelle. D'autant plus que l'avocat se trouve embarqué dans une affaire qui le rend de plus en plus borderline.

Une découverte plutôt sympathique, un livre à conseiller à celles et ceux qui aiment les parcours de vie spectaculaires mais softs. Le récit s'attache grandement à la psychologie des personnages, pour leur donner de l'épaisseur. Un auteur que je relirai.

Ma note:

 

Concerto pour quatre mains - Paul Colize
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2020 1 20 /01 /janvier /2020 17:36

Editions Sonatine - 1989 pour l'édition originale - 2019 pour la traduction française- 704 pages

1871. James Davenall, héritier d'une famille d'aristocrates anglais, disparaît en laissant une lettre annonçant son intention de mettre fin à ses jours. Son corps ne sera jamais retrouvé.

1882. Constance Sumner, jadis fiancée à James Davenall, a refait sa vie en épousant William Trenchard, avec lequel elle a eu une petite fille. Un matin de septembre, un homme se présente au portail de la demeure des Trenchard, un certain James Norton. Ce dernier affirme être James Davenall, disparu onze ans plus tôt. Il a également rendu visite aux autres membres de la famille Davenall: Catherine, la mère, Hugo le frère cadet et Richard, l'oncle, provoquant la stupeur générale. Aucun d'eux ne reconnait en cet individu le défunt, d'autant plus que les conséquences d'une telle réapparation ne seraient pas anodines: un titre de baronnet, la fortune et le patrimoine des Davenall sont en jeu.

Une bataille s'engage entre le jeune homme d'un côté, et la famille Davenall et William Trenchard, de l'autre. Face à l'excellente connaissance de James Norton de l'histoire et des événements de la famille, le doute s'insinue chez certains, alors que d'autres réfutent toute filiation. James Norton est-il vraiment James Davenall ou un usurpateur?

A cette question, l'auteur prend un malin plaisir à n'y répondre que dans les dernières pages du livre. Tout au long du récit, le lecteur penche tour à tour pour le oui ou le non, sans parvenir à trancher, jusqu'à la fin. 

Robert Goddard démontre une fois encore qu'il est spécialiste dans le roman familial à suspens où dominent mystères et rebondissements. Secrets de famille, non-dits, rancoeurs, vengeances, complots, manipulations, tout ressurgit pour cette famille, l'obligeant à ressasser le passé pour éclairer le présent et dénouer la situation. 

Alors clairement, sur 700 pages, on en aurait coupé les 2/3, l'histoire se tenait. Mais ç'eut été vraiment dommage de se priver de tout ce romanesque et de cette immersion dans la société britannique victorienne, le plaisir n'aurait clairement pas été le même.

E,core un très bon moment de lecture passé avec cet auteur, je me suis régalée (une des clés de l'intrigue m'a paru un peu...glauque, c'est mon bémol).

Ma note:

 

L'héritage Davenall - Robert Goddard
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 16:41

Editions Albin Michel - 2019- 432 pages

L'inspecteur Kornélius Jakobsson est appelé au volvan du désert de l'Askja, en Islande, par un jeune homme qui affirme avoir filmé avec son drone le cadavre d'une femme nue gisant au fond du cratère. Or, à son arivée, de cadavre, il n'y a plus. Où est-il passé? Qui l'a déplacé? A la recherche de témoins, l'inspecteur se rend à la maison la plus proche de ce lieu isolé. Le propriétaire est un vieux monsieur atteint de la maladie d'Alzheimer; pas facile dans ces conditions de faire appel à la mémoire et de mener un interrogatoire. Kornélius repère pourtant une présence féminine récente dans la maison. Il décide d'emmener le vieil homme au commissariat le plus proche, qui se trouve tout de même à trois ou quatre heures de route. En chemin, lors d'une halte dans un lieu fréquenté par les touristes, ils sont la cible d'un mystérieux sniper qui, heureusement, ne fait pas de victimes. Dans la panique, le vieil homme a disparu...

Je n'avais encore jamais lu Ian Manook, auteur du fameux Yeruldegger qui se déroulait en Mongolie. Ici, nous voilà en Islande, et cet opus fait suite au précédent, Heimaey. Mais il est tout à fait possible de lire celui-ci d'emblée.

Nous voici embarqués dans une drôle d'aventure, dans un paysage pour le moins particulier, l'Askja, lieu des montagnes totalement isolé, qui fait partie des personnages. Ces derniers sont d'ailleurs bien campés. Kornélius ne fait exception à la figure de l'inspecteur torturé de la littérature nordique et a des comptes à régler avec sa propre histoire familiale, ce à quoi il n'échappe pas au cours du récit. 

Pour les besoins de l'enquête, il est affublé de deux policiers, Komsi et Spinoza (ce sont des surnoms...), deux acolytes dignes de Dupont et Dupond. Les personnages féminins ont eux ceci de commun qu'elles ont toutes couché avec Kornélius (ou presque...).

Il y a beaucoup d'humour dans ce livre, l'auteur met en scène des situations drôles, improbables. Les personnages apportent un vrai plus. L'enquête soulève des questions plus politiques, en rapport avec une vieille affaire qui s'était déroulée dans les années soixante-dix, aux ressemblances troublantes. 

Un très bon moment de lecture, qui renouvelle un peu le genre.

Ma note

 

Askja - Ian Manook
Partager cet article
Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 16:53

Le livre de poche - 2019- 2014 pour l'édition originale- 2018 pour la traduction française - 480 pages 

Martin Schwartz, dévasté par la mort de sa femme et de son fils lors d'une croisière quelques années auparavant, est flic spécialisé dans les opérations d'infiltration. Un jour, il reçoit un appel étrange: l'ours en peluche de son fils vient d'être retrouvé sur le pont du bateau où il avait disparu. une fois sur les lieux, Martin enquête sur la réapparition d'une fillette, Anouk, portée disparue depuis plusieurs semaines.

Chose que j'ai apprise à la lecture de ce livre, c'est que les bateaux de croisière sont le lieu idéal pour se suicider, ou faire disparaitre quelqu'un. Et à bien y réfléchir, on comprend pourquoi: le bateau est suffisamment grand et bondé pour passer inaperçu, la distance avec l'eau ainsi que sa température ne laissent que peu de chances à la survie, bref le lecteur se retrouve ici dans une sorte de huis-clos, à l'allure de ville miniature. 

Le livre répond aux codes du genre. On tourne les pages avec ferveur avec l'envie de connaître la suite, on rencontre une galerie de personnages hauts en couleur, les rebondissements sont aussi présents. Mais globalement, l'ambiance et la tournure de l'intrigue sont quand même assez glauques, parfois trop pour moi. J'ai été gênée aussi par quelques invraisemblances et raccourcis. Enfin, le personnage principal du flic ne m'a pas tellement plu.

Je découvrais cet auteur avec ce titre, attirée par le résumé et la couverture de cette édition poche, pas sûre que je réitère l'expérience avec cet écrivain.

Ma note:

 

Passager 23 - Sebastian Fitzek
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mon petit chapitre par Anne
  • : Faire partager ma passion des livres et la joie que me procure la lecture. Et échanger avec vous impressions, conseils, coups de coeur...A bientôt
  • Contact

Sur le feu

 

Recherche

Index des auteurs

Lectures communes

le 31 juillet 2019

Challenges

Challenges auxquels je participe:

voisins-voisines-version-curlz
 

Voisins Voisines 2013 chez Anne

1. La compagnie des menteurs de Karen Maitland (Angleterre)

2. La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...de Rachel Joyce (Angleterre)

3. Les trois lumières de Claire Keegan (Irlande)

4. La vie aux aguets de William Boyd (Angleterre)

5. Froid mortel de Johan Theorin (Suède)

6. Contrecoup de Rachel Cusk (Angleterre)

7. Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (Autriche)

8. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Danemark)

9. La maison des chagrins de Victor Del Arbol (Espagne)

 

Voisins voisines 2014

 

Voisins Voisines 2014 chez A propos des livres

1. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard (Angleterre)

2. L'heure trouble de Johan Theorin (Suède)

3. L'Exception de Audur Ava Olafsdottir (Islande)

4. L'oubli d'Emma Healey (Angleterre)

5. La faute de Paula Daly (Angleterre)

6. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Allemagne)

1. Le village de Dan Smith (Angleterre)

2. La ferme de Tom Rob Smith (Angleterre)

3. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza (Espagne)

      Challenge 13 auteurs

13 auteurs chez La vie telle qu'elle me passionne

1. Karine Giebel : Les morsures de l'ombre

2. William Boyd: La vie aux aguets

3. Thomas H.Cook

4. Anne Percin: Le premier été

5. Karen Maitland: La compagnie des menteurs

6. Ron Rash: Le monde à l'endroit

7. Marie-Hélène Lafon

8. Fabienne Juhel

9. Jo Nesbo

10. Laura Kasischke: Esprit d'hiver

11. R-J Ellory

12. Jussi Adler-Olsen: Miséricorde

13. Olivier Adam

 

J'ai l'impression que ce challenge n'est pas reconduit cette année mais j'ai bien envie de le poursuivre à titre individuel. Voici la liste établie pour 2014:

 

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Olivier Adam: Des vents contraires

6. Pascal Garnier

7. Linwood Barclay: Fenêtre sur crime

8. Joyce Maynard: Long week-end

9. Hélène Grémillon: Le confident

10. Lionel Salaun

11. Ryan David Jahn

12. Saphia Azzedine

13. Delphine De Vigan

10 auteurs que j'ai envie de découvrir en 2015:

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Pascal Garnier

6. Lionel Salaun

7. Ryan David Jahn

8. Silvia Avallone

9. Marie-Sabine Roger

10. Claire Favan

 

 

 

Challenge Polars et Thrillers 2013-2014

Challenge Thrillers et Polars 2013-2014 chez Liliba

1. Black coffee de Sophie Loubière

2. Elvis et la vertu de Frantz Delplanque

3. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

4. Le dernier Lapon de Olivier Truc

5. La maison des chagrins de Victor Del Arbol

6. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

7. L'appel du coucou de Robert Galbraith

8. Vilaines filles de Megan Abbott

9. Purgatoire des innocents de Karine Giébel

10. La Peur elle-même de Laura Sadowski

11. L'homme qui a vu l'homme de Marin Ledun

12. L'heure trouble de Johan Theorin

Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 chez Liliba

1. L'oubli d'Emma Healey

2. Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

3. La faute de Paula Daly

4. Le violoniste de Mechtild Borrmann

5. Le village de Dan Smith

6. Atomka de Franck Thilliez

7. Angor de Franck Thilliez

8. La cible d'Howard Gordon

9. Sans faille de Valentin Musso

 

Challenge Thrillers et polars 2015-2016 chez Sharon

1. Les nuits de Reykjavik d'Arnaldur Indridason

2. Arrêtez-moi de Lisa Gardner

3. L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté

4. La ferme de Tom Rob Smith

5. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

6. Derrière la haine de Barbara Abel

7. L'enfer de Church Street de Jake Hinkson

8. Am stram gram de M.J.Arlidge

9. Un vent de cendres de Sandrine Collette

10. Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

11. Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

12. Les visages écrasés de Marin Ledun

 

 

 

Où Je Chine...