Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 06:00
Une forêt d'arbres creux - Antoine Choplin

Editions La fosse aux ours - 2015- 116 pages

1941, Bedrich est emmené avec sa femme et son fils qui n'a pas encore un an, dans la ville ghetto de Terezin, en République tchèque. Les hommes sont séparés des femmes et des enfants. Cette ville ghetto est en fait une ville de transit avant la déportation vers Auschwitz. La maladie, la faim, le désespoir rythment désormais le quotidien de ces êtres exclus de la population et de la ville, comme mis en quarantaine.

Bedrich est affecté au bureau des dessins, chargé de réaliser les plans du futur crematorium (!). Mais bientôt, avec ses compagnons d'infortune, ils se réunissent la nuit pour produire des dessins qui montrent le vrai visage de Terezin, qu'ils cachent ensuite dans un des murs du bureau. Ils essaient également de trouver le moyen de faire sortir ces esquisses du ghetto, pour que le monde sache réellement ce qu'il s'y passe.

Une forêt d'arbres creux appartient à cette catégorie de livres qu'on aborde posément, avec attention, dont on tourne les pages avec soin, dont on déchiffre chaque mot pour bien en saisir la portée. En ce sens, il fait aussi partie des livres exigeants. Avec une plume délicate, Antoine Choplin, que je découvre avec ce titre, s'attache à faire vivre cette ville, lieu de transit pour les Juifs avant les camps de la mort.

Le régime nazi a cherché à donner une image idyllique-ou presque- de cette ville en y tournant des films de propagande, en organisant des visites pour la Croix-Rouge et où les habutants étaient mis à contribution à ces occasions pour donner l'illusion que Terezin était un endroit où il faisait bon vivre.

Or, la réalité est toute autre: on meurt de faim, de maladie. Les convois vers les camps d'extermination se font de plus en plus nombreux. Même le soleil ne parvient plus à éclairer les visages cireux. Et c'est cette réalité que Bedrich veut faire sortir de ces murs. L'art comme un cri, un témoignage, un exutoire.

Avant la lecture de ce livre, je ne savais pas que Bedrich Fritta (1906-1944) avait réellement existé. Un de ses dessins est reproduit sur la couverture du livre.

L'écriture d'Antoine Choplin, avec sa délicatesse sur un sujet pourtant très violent, renforce l'émotion.

Merci aux Matchs littéraires de PM qui m'ont permis de recevoir ce livre, et à Jérôme qui a proposé ce choix dans la sélection.

#MRL15 #PriceMinister.

Les avis de Jérôme, Eva

Ma note:

Une forêt d'arbres creux - Antoine Choplin
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 14:05
L'hiver du monde - Ken Follett

Le Siècle tome 2

Le Livre de Poche - 2012 pour l'édition originale et la traduction française- 2013 pour l'édition de poche. 1027 pages

1933, Hitler s'apprête à prendre le pouvoir en Allemagne, durement touchée par la crise. Le pays voit le parti nazi et ses méthodes prendre de l'ampleur. Certains se jettent à corps perdus vers ce qu'ils voient comme un nouvel idéal, d'autres assistent, inquiets, à la mise en place, par la force et la terreur, de ce régime autoritaire.

Walter Von Ulrich, député social démocrate, et sa femme Maud, subissent déjà la répression nazie dans sa volonté de faire taire toutes les voix discordantes, sans hésiter à faire usage de la violence, voire la torture.

De son côté, Daisy Pechkov, fille de Lev qui a émigré de Russie aux Etats-Unis, rêve de reconnaissance et d'une bonne situation. Gênée par la réputation sulfureuse de son père, dirigeant de studios de cinéma à Buffalo, elle part pour l'Angleterre où elle compte bien prendre sa revanche sur cette société américaine qui la méprise.

En Russie, Volodia Pechkov, fils de Grigori, héros de la Révolution bolchévique, travaille aux services de renseignements de l'Armée Rouge. Il surveille de très près la montée du nazisme en Allemagne mais va devoir aussi gérer le communisme de Staline, entre son devoir et sa morale.

On retrouve ici les personnages des familles allemandes, anglaises, américaines, russes, que nous avions suivi dans le premier tome. Il s'agit du deuxième tome de la trilogie de Ken Follett consacrée au XXème siècel. Et, une fois encore, il nous livre une fresque historique époustouflante. Très documentés, tout en restant accessibles et sans être vulgarisés à outrance, on suit les épisodes historiques qui ont fait l'Histoire des grandes puissances sur la période 1933-1949.

Tout y est: l'arrivée au pouvoir des nazis, la déclaration de guerre, l'attaque de Pearl Harbor, le Débarquement de Normandie, la mise au point de l'arme nucléaire et son utilisation, les débuts de la Guerre Froide...Une multitude de personnages évolue dans ce contexte; un index des personnages est d'ailleurs proposé au début du romans, par familles. Mais on s'y retrouve très bien.

Les personnages sont vraiment là pour servir l'histoire (et l'Histoire), ce qui peut constituer un point faible je trouve car ils se révèlent finalement assez monochromes. Il n'empêche, ils sont attachants et on les suit tout au long du livre avec grand intérêt.

Tout comme Les piliers de la terre déjà excellent qui se déroulait à l'époque du Moyen-Age en Angleterre, Ken Follett réussit à embarquer le lecteur dans les heures sombres du milieu du XXème siècle. De l'Histoire et du romanesque: on en redemande!

Ma note:

L'hiver du monde - Ken Follett
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 16:17
America, la treizième colonie - Romain Sardou

XO Editions - 2010 - 416 pages

Quatrième de couverture: 1691. Un bateau fuit les côtes de l’Irlande tombée aux mains des Anglais ; à son bord, Harry et Lilly Bateman. Lui, fils de prostituée, elle, enfant illégitime d’une famille noble, mariés contre leur gré, ils embarquent vers une terre inconnue : l’Amérique.
À peine sortis de l’adolescence, ils se connaissent peu, ils ne savent pas où ils vont : tout leur reste à construire.
Ils découvrent une Amérique en devenir, entre nouvel Éden et nouvel Enfer, dont les Européens se partagent les immensités vierges, implantant des comptoirs, des forts et des villes, poussant les tribus indiennes à se déchirer.
Industrieux et visionnaires, Harry et Lilly se heurtent dans la jeune colonie de New York à un Anglais richissime et retors, Augustus Muir, qui tente de les détruire. Désormais, entre les Bateman et les Muir, la haine s’installe, une haine inextinguible qui va se transmettre à leurs
descendants et inspirer la plus noire des ven
geances…

Je n'aime pas particulièrement les productions des éditions XO mais j'avais un bon souvenir de ma lecture de Pardonnez nos offenses. Et puis cette saga m'a intéressée donc je me suis laissée tenter. Je me suis dit que Romain Sardou pouvait être dans la veine de Ken Follett pour les romans historiques.

Seulement voilà, n'est pas Ken Follett qui veut. Je n'ai pas retrouvé l'accroche qui nous plonge dans une époque et nous fait nous attacher aux personnages, que l'on a envie de retrouver. Il m'a manqué de l'épaisseur chez les personnages, un peu de complexité aussi. Peut-être Augustus Muir est-il le personnage le plus ambigu, et encore...

Le traitement des catholiques irlandais face aux protestants et l'église anglicane reste intéressant. L'auteur montre bien les vagues de migration que cela a provoqué, notamment vers l'Amérique. Car il faut reconnaître une qualité (pas la seule tout de même) à Romain Sardou c'est que son récit est très bien documenté. La page de bibliographie en fin de livre en atteste. Il nous livre ainsi quelques anecdotes, notamment celle où l'on apprend l'origine du quartier de Wall Street (car auparavant New-York était entouré d'un mur.).

Une déception donc, mais je lirais quand même, je pense, le second tome. A moins que l'envie ne s'estompe au fur et à mesure...

Ma note:

America, la treizième colonie - Romain Sardou
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 10:04
La femme au carnet rouge - Antoine Laurain

Editions Flammarion - 2014 - 237 pages

Un soir, à Paris, une jeune femme se fait voler son sac à main. Victime d'un coup à la tête, elle tombe dans le coma quelques heures plus tard.

Laurent Letellier, libraire, trouve ledit sac à main dans une poubelle. Mû par une irrépressible envie, il en examine le contenu et se met en quête de retrouver cette jeune femme, propriétaire du sac.

Dire que je n'ai pas aimé ce livre serait exagéré. Il se lit bien, la plume d'Antoine Laurain est agréable, des passages parfois drôles. Mais l'histoire est ultra classique: un homme part à la recherche d'une femme qu'il ne connait qu'à travers les objets que renferme son sac à main, et tombe "virtuellement" amoureux. Bref, on sait d'avance comment ça va se finir. La comédie romantique dans toute sa splendeur, y compris le côté bien agaçant de "Le hasard fait bien les choses et réunit les belles âmes malgré les obstacles". On en apprend d'ailleurs assez peu sur le passé des protagonistes, juste ce qu'il faut pour la compréhension de l'histoire. Ce livre manque pour moi cruellement d'originalité.

Que va-t-il me rester de cette lecture? Un moment pas désagréable mais qui sera sûrement vite oublié.

Ma note:

La femme au carnet rouge - Antoine Laurain
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 10:30
Mille soleils splendides - Khaled Hosseini

Editions Belfond - 2007 pour la traduction française- 402 pages

A la mort de sa mère, Mariam, une jeune fille de quinze ans, bâtarde, est donnée en mariage à Rachid, de trente ans son aîné. Son père, Jalil, un notable d'Herat, ne souhaite pas voir sa fille intégrer la famille officielle qu'il a fondée, par lâcheté surtout. Mariam part vivre à Kaboul avec son mari. Les débuts se passent plutôt bien, tant que Mariam reste docile.

De son côté, Laila, de dix ans sa cadette, vit dans la même rue que Mariam. Depuis le départ des Soviétiques, Kaboul est dans le chaos, et la violence de plus en plus présente. Alors que Laila doit épouser Tariq, le jeune homme dont elle est amoureuse depuis toujours, celui-ci doit fuir la ville avec sa famille, pour être en sécurité.

J'avais lu Les cerfs-volants de Kaboul il y a très longtemps, et je ne sais pas trop pourquoi j'ai attendu si longtemps avant de me replonger dans la lecture de cet auteur. J'ai dévoré ce livre, je ne suis pas arrivée à me coucher avant de l'avoir terminé. L'auteur nous livre ici une histoire de femmes poignante, aux prises avec l'histoire d'un pays, l'Afghanistan, aussi mouvementés l'une que l'autre. Les rapports hommes-femmes, le traitement réservé à celles-ci, qui se dégrade jusqu'à l'arrivée au pouvoir des talibans qui signe le coup de grâce dans la déshumanisation des femmes, privées de toute liberté.

J'ai trouvé aussi intéressant le contraste entre l'Afghanistan d'alors, la ville de Kaboul en particulier, autrefois belle et ouverte, avec une production artistique (chanteurs, poètes...) de qualité. Des libertés aussi, pour tous, de travailler, l'accès à l'éducation, qui s'étiolent au fil des années jusqu'à disparaître complètement.

L'histoire de Mariam et Laila possède des élans romanesques qui tiennent en haleine, teintée d'un sentimentalisme qui ne m'a pas du tout gênée. J'ai été très touchée par le destin de ces femmes, leur condition. La place des hommes est également traitée, leur supériorité autoproclamée, mais certains personnages masculins, plus tolérants, contre-balancent cette image. On apprend beaucoup sur ce pays, et on se demande comment il en est arrivé là.

Ma note

Mille soleils splendides - Khaled Hosseini
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 09:48
Vernon Subutex tome 1 - Virginie Despentes

Editions Grasset - 2015 - 397 pages

Vernon Subutex, la cinquantaine, a connu des jours meilleurs. Disquaire à Paris, sa boutique tournait bien, il était une référence et reconnu. Puis, la crise du disque est arrivée, le magasin a fermé et a commencé pour lui une lente descente aux enfers. Sans source de revenus, expulsé de son appartement, seul, il est confronté à la survie au quotidien. Il parvient à trouver un toit, pour quelques jours, chez différents amis, connaissances.

La mort d'un de ses amis, le célèbre chanteur Alex Bleach, qui l'aidait de temps en temps à payer son loyer, le met dans une situation de traqué, sans qu'il le sache. Car Alex, avant de mourir, lui a confié un enregistrement, des sortes de mémoire, que convoitent quelques personnes, prêtes à tout pour mettre la main dessus.

Voilà ce que j'aime avec la blogosphère, c'est arriver à faire naître l'envie de lire un livre qu'on n'aurait jamais ouvert sans tous ces avis enthousiastes. Et quel bon moment j'ai passé! Virginie Despentes nous offre ici une galerie de personnages impressionnante: une ancienne actrice porno, un homme violent qui bat sa femme, une "chasseuse de têtes"...On ne peut tous les citer mais chacun a son importance, des personnages secondaires, qui gravitent autour de Vernon (sans que lui-même le sache parfois) et qui occupent une place à part entière dans le récit, la petite enquête ( la recherche de l'enregistrement d'Alex) comme fil conducteur.

Et en plus, moi, ce qui m'a séduite, c'est le style de l'auteure. Je l'a trouvé percutant, incisif, sans jamais tomber dans le vulgaire. Je redoutais le trash qui la caractérise, mais finalement ça passe très bien. Cette écriture m'a happée, ce qui n'est pas si souvent quand même!

Vous l'aurez compris, je vous conseille vivement cette lecture originale, premier tome d'une trilogie, et une vraie performance littéraire. J'ai déjà le tome 2 qui m'attend.

Merci à mes copines bloggeuses (Véronique, Canel, MicMélo...) de m'avoir donné envie.

Ma note :

Vernon Subutex tome 1 - Virginie Despentes
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 15:00
1, rue des Petits Pas - Nathalie Hug

Calmann Lévy Editions - 2014 - 352 pages

Quatrième de couverture: Lorraine, hiver 1918-1919. Dans un village en ruines à quelques kilomètres du front, une communauté de rescapés s'organise pour que la vie continue. Louise, seize ans, est recueillie au 1, rue des Petits Pas par une sage-femme qui va lui transmettre son savoir: accoucher, bien sûr, mais aussi lire et écrire, soigner les maux courants et, enfin, être l'oreille attentive de toutes les confidences. Mais dans ce village ravagé par la guerre et isolé du monde, les légendes nourrissent les peurs, et la haine tient les hommes debout. Ces peurs et cette haine, Louise va devoir les affronter car elle exerce son art dans l'illégalité, élève un enfant qui n'est pas le sien, aime un être qu'elle n'a pas le droit d'aimer, et tente de se reconstruire dans cet univers où horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir.

Ce roman propose une reconstitution de la vie d'un petit village lorrain au lendemain de la 1ère Guerre mondiale. L'auteure s'est beaucoup documentée sur les pratiques gynécologiques et obstétriques des sage-femmes de l'époque, qui tombaient encore sous le coup de l'illégalité, en conflit avec la religion alors même que des vies (celle de la mère, ou de l'enfant, voire les deux) étaient en jeu. Le personnage de Louise -et dans une moindre mesure celui de Vida- est à la fois décrié et réconfortant pour ces patientes. Le poids des préjugés, la méfiance envers une médecine qui progresse, qui rend compte d'une certaine réalité, mettant à mal les dogmes et les croyances. Louise reçoit cependant le soutien inattendu du prêtre de la commune, nouvellement arrivé, qui apparaît comme une figure plutôt progressiste.

Le récit met en exergue les conséquences de la pénurie d'hommes au sortir de la guerre, laissant seules et parfois sans avenir un certain nombre de femmes. On voit le succès des bordels, assez impressionnant, qui en font des lieux très prisés, avec les dégâts qu'on imagine sur ces femmes, dus au manque d'hygiène et la brutalité de certains clients.

La violence et l'agressivité transparaissent partout dans les rapports hommes-femmes, aussi bien dans le cadre conjugal qu'envers Louise, traduction d'une détresse, de traumatismes, d'un manque de repères dans cette époque perturbée.

J'ai été moins convaincue par l'histoire d'amour Louise-Vida, j'ai trouvé qu'elle n'apportait pas grand chose au récit.

En résumé, on apprend pas mal de choses, l'angle de vue est intéressant, mais ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable. Ceci grandement à cause de l'écriture que j'ai trouvée lourde par moments. Pas sûr que je relise cette auteure.

Ma note: 3 / 5

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 10:43
L'homme de la montagne - Joyce Maynard

Editions Philippe Rey - 2013 pour l'édition originale- 2014 pour la traduction française - 319 pages

Eté 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, vit avec sa mère et sa sœur Patty, onze ans, dans une petite maison, à proximité d’une montagne où les deux sœurs aiment se retrouver, s’évader.

Cet été- là, un mystérieux tueur s’en prend à de jeunes femmes et crée la psychose dans le quartier. C’est le père de Rachel et Patty, le séduisant inspecteur Anthony Torelli qui mène l’enquête. Enquête qui s’avèrera être un échec cuisant pour lui, et dont il ne se remettra vraiment jamais. Trente ans plus tard, Rachel, devenue écrivain, se souvient…

Joyce Maynard signe ici un roman axé sur trois thèmes. Tout d’abord l’adolescence, ses doutes, ses questionnements, ce délicat passage de l’enfance à l’âge adulte. La mise en avant de son père permet à Rachel d’acquérir une petite notoriété auprès des jeunes de son âge. Elle goute ainsi à une popularité qui lui faisait défaut jusqu’alors, fréquente les filles les plus en vue du collège, le garçon qui attire tous les regards. Elle fait donc l’expérience de ce qui lui faisait tant envie, relations qui s’avèrent très vite insipides. Et comment trouver une place à sa petite sœur au milieu de tout ça ?

L’auteure pose un regard très tendre sur ces deux sœurs inséparables, indispensables l’une à l’autre. Patty, pourtant la plus jeune, fait preuve d’une bienveillance continuelle envers sa grande sœur. A la vie, à la mort, c’est bien le type de lien qui les unit.

Enfin, ce roman est un véritable cri d’amour au père. Ce père aimé, attendu, admiré. La figure paternelle contraste avec celle de la mère, inexistante. Ce père, séducteur invétéré, un peu à l’ancienne, qui porte toutefois un amour sans faille à ses filles et une tendresse touchante à leur mère.

J’ai trouvé beaucoup de similitudes avec Long week-end : narratrice adolescente, mère meurtrie par le départ du père, éveil à la sexualité. Ces thèmes sont bien exploités, intéressants, mais alors, que de longueurs ! J’ai eu souvent le sentiment que l’auteure tournait en rond alors que le dénouement, plutôt soudain, aurait mérité plus de développement selon moi. Et j’ai été gênée par le fait de me demander s’il s’agissait ou non d’une autobiographie.

Une déception donc mais je continuerais à suivre l’auteure.

Ma note: 2.5 / 5

L'homme de la montagne - Joyce Maynard
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 10:52
Constellation - Adrien Bosc

Editions Stock- 2014- 196 pages

Le Constellation, reliant Paris à New-York, c'est l'avion à bord duquel est mort Marcel Cerdan en octobre 1949. En parallèle du récit de ce drame, l'auteur s'attache à retracer la vie, ou en tous cas des morceaux de vie, le contexte de leur présence dans cet engin, des passagers de vol.

Ce que je voudrais mettre en avant c'est la qualité de l'écriture. Quelle maîtrise, c'est vraiment remarquable, et pour moi le point fort de ce roman.

Le récit, qui fait revivre le temps de quelques pages ces personnes, anonymes ou non, est intéressant. Adrien Bosc n'inonde pas de détails inutiles, il a su doser juste ce qu'il faut.

Ce qui m'a manqué, c'est un fil conducteur, un lien entre tous ces personnages, qui n'ont de commun que le fait d'avoir été passagers de ce vol et d'en être morts. J'ai ressenti une lassitude au bout d'un moment face à cette succession d'histoires, qui ont le mérite de ne pas être longues, je le répète.

J'ai néanmoins été touchée par l'importance du travail de recherche et l'implication du romancier. On sent un réel attachement à ces personnes à la destinée tragique.l'auteur réserve d'ailleurs le même traitement -où presque- à tous, en dépit de la notoriété de certains tels que Marcel Cerdan ou Ginette Neveu . À noter toutefois que, au vu du type d'avion qu'était le Constellation, le vol était réservé à des privilégiés ,des personnes d'un certain statut, a l'exception de trois ou quatre d'entre eux, les jeunes Basques notamment.

Je m'interroge cependant sur la qualification de roman par l'éditeur : tout ce qui est consigné dans ce livre n'est-il pas vrai et le fruit d'un travail de recherche ?

Ma note: 3 / 5

Constellation - Adrien Bosc
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 10:38
Prière pour celles qui furent volées - Jennifer Clement

Editions Flammarion - 2014 pour l'édition originale et la traduction française - 270 pages

Quatrième de couverture:

Ladydi, quatorze ans, est née dans un monde où il ne fait pas bon être une fille. Dans les montagnes du Guerrero au Mexique, les femmes doivent apprendre à se débrouiller seules, car les hommes ont les uns après les autres quitté cette région pour une vie meilleure. Les barons de la drogue y règnent sans partage. Les mères déguisent leurs filles en garçons ou les enlaidissent pour leur éviter de tomber dans les griffes des cartels qui les « volent ». Et lorsque les 4X4 patrouillent dans les villages, Ladydi et ses amies se cachent dans des trous creusés dans les arrière-cours, pareilles à des animaux qui détalent pour se mettre en sécurité. Alors que la mère de Ladydi attend en vain le retour de son mari, la jeune fille et ses amies rêvent à un avenir plein de promesses, qui ne serait pas uniquement affaire de survie.

En ce moment, on peut dire que je suis plutôt en veine, j'enchaîne les bonnes lectures.

Ce récit livre de formidables portraits de femmes. Les mères tout d'abord, abandonnées par leurs maris partis aux Etats-Unis pour une vie meilleure. Au mieux ils envoient de l'argent à leur famille restée au Mexique, ou alors ils refont leur vie sur le sol américain, disparaissant pour de bon. C'est le cas de Ladydi et sa mère. Ces mères qui doivent vivre dans un monde sans hommes, et veiller sur leurs filles, proies des narco trafiquants, qui s'en servent d'esclaves sexuelles.

Ces jeunes filles ensuite qui apprennent très tôt à s'enlaidir pour ne pas "attirer" les hommes, pour qui tout signe de féminité est interdit. Ainsi, une belle coiffure, une pose de vernis à ongles ne peuvent se faire que dans l'intimité d'un salon de beauté, l'espace d'une heure ou deux. Institut de beauté utile aux mères seulement, trop vieilles pour intéresser les magnats de la drogue.

Ces femmes tentent de survivre dans cet univers de violence et de peur, dans une région particulièrement hostile, l'Etat du Guerrero, un des plus pauvres et des plus violents du pays. Elles habitent dans des maisons éloignées les unes des autres, dans les montagnes où le climat est très aride et peuplées de bêtes peu sympathiques (iguanes...), l'auteure met l'accent sur cette nature peu engageante et qui rajoute aux difficultés de ces femmes. Leur situation les éloigne aussi des services publics, santé ou éducation, qui n'interviennent que de façon très irrégulière dans ces régions.

Elles sont aussi victimes de l'activité de ces narcotrafiquants dont les champs de culture jouxtent les villages et les habitations.

La première partie de ce livre est absolument passionnante, donnant à découvrir, au-delà de cette région du Guerrero, un pays entier aux mains des cartels, et dont la richesse ne repose que sur la culture et le trafic de drogue. Où la violence et la peur font partie du quotidien.

J'ai été moins emballée par le seconde partie, j'ai trouvé que le récit s'essoufflait.

Il n'empêche que ce livre est d'une très grande qualité et je vous le recommande chaudement. Mon roman préféré depuis le début du prix Elle.

Ma note: 5 / 5

Prière pour celles qui furent volées - Jennifer Clement
Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article

Présentation

  • : Mon petit chapitre par Anne
  •  Mon petit chapitre par Anne
  • : Faire partager ma passion des livres et la joie que me procure la lecture. Et échanger avec vous impressions, conseils, coups de coeur...A bientôt
  • Contact

Sur le feu

 

Recherche

Index des auteurs

Lectures communes

Challenges

Challenges auxquels je participe:

voisins-voisines-version-curlz
 

Voisins Voisines 2013 chez Anne

1. La compagnie des menteurs de Karen Maitland (Angleterre)

2. La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...de Rachel Joyce (Angleterre)

3. Les trois lumières de Claire Keegan (Irlande)

4. La vie aux aguets de William Boyd (Angleterre)

5. Froid mortel de Johan Theorin (Suède)

6. Contrecoup de Rachel Cusk (Angleterre)

7. Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (Autriche)

8. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Danemark)

9. La maison des chagrins de Victor Del Arbol (Espagne)

 

Voisins voisines 2014

 

Voisins Voisines 2014 chez A propos des livres

1. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard (Angleterre)

2. L'heure trouble de Johan Theorin (Suède)

3. L'Exception de Audur Ava Olafsdottir (Islande)

4. L'oubli d'Emma Healey (Angleterre)

5. La faute de Paula Daly (Angleterre)

6. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Allemagne)

1. Le village de Dan Smith (Angleterre)

2. La ferme de Tom Rob Smith (Angleterre)

3. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza (Espagne)

      Challenge 13 auteurs

13 auteurs chez La vie telle qu'elle me passionne

1. Karine Giebel : Les morsures de l'ombre

2. William Boyd: La vie aux aguets

3. Thomas H.Cook

4. Anne Percin: Le premier été

5. Karen Maitland: La compagnie des menteurs

6. Ron Rash: Le monde à l'endroit

7. Marie-Hélène Lafon

8. Fabienne Juhel

9. Jo Nesbo

10. Laura Kasischke: Esprit d'hiver

11. R-J Ellory

12. Jussi Adler-Olsen: Miséricorde

13. Olivier Adam

 

J'ai l'impression que ce challenge n'est pas reconduit cette année mais j'ai bien envie de le poursuivre à titre individuel. Voici la liste établie pour 2014:

 

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Olivier Adam: Des vents contraires

6. Pascal Garnier

7. Linwood Barclay: Fenêtre sur crime

8. Joyce Maynard: Long week-end

9. Hélène Grémillon: Le confident

10. Lionel Salaun

11. Ryan David Jahn

12. Saphia Azzedine

13. Delphine De Vigan

10 auteurs que j'ai envie de découvrir en 2015:

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Pascal Garnier

6. Lionel Salaun

7. Ryan David Jahn

8. Silvia Avallone

9. Marie-Sabine Roger

10. Claire Favan

 

 

 

Challenge Polars et Thrillers 2013-2014

Challenge Thrillers et Polars 2013-2014 chez Liliba

1. Black coffee de Sophie Loubière

2. Elvis et la vertu de Frantz Delplanque

3. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

4. Le dernier Lapon de Olivier Truc

5. La maison des chagrins de Victor Del Arbol

6. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

7. L'appel du coucou de Robert Galbraith

8. Vilaines filles de Megan Abbott

9. Purgatoire des innocents de Karine Giébel

10. La Peur elle-même de Laura Sadowski

11. L'homme qui a vu l'homme de Marin Ledun

12. L'heure trouble de Johan Theorin

Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 chez Liliba

1. L'oubli d'Emma Healey

2. Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

3. La faute de Paula Daly

4. Le violoniste de Mechtild Borrmann

5. Le village de Dan Smith

6. Atomka de Franck Thilliez

7. Angor de Franck Thilliez

8. La cible d'Howard Gordon

9. Sans faille de Valentin Musso

 

Challenge Thrillers et polars 2015-2016 chez Sharon

1. Les nuits de Reykjavik d'Arnaldur Indridason

2. Arrêtez-moi de Lisa Gardner

3. L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté

4. La ferme de Tom Rob Smith

5. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

6. Derrière la haine de Barbara Abel

7. L'enfer de Church Street de Jake Hinkson

8. Am stram gram de M.J.Arlidge

9. Un vent de cendres de Sandrine Collette

10. Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

11. Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

12. Les visages écrasés de Marin Ledun

 

 

 

Où Je Chine...