Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 14:56

 

quand-souffle-le-vent-du-nord

Editions Grasset - 2006 pour l'édition originale- 2010 pour la traduction française- 348 pages

Au départ, une erreur d'adresse email amène Emmi et Leo à communiquer alors qu'ils ne se connaissent pas du tout. Leo est professeur à l'Université et sort d'une rupture amoureuse; Emmi est mariée et belle-mère de deux enfants. Au fur et à mesure de leurs échanges, chacun se dévoile, se livre, aidés par l'anonymat et la barrière de l'écran. Doivent-ils se rencontrer au risque de rompre le charme?

C'est en promenant sur la blogosphère que j'ai vu ce livre dont je n'avais absolument pas entendu parler à sa sortie. A vrai dire, je n'avais pas trop lu les billets, je ne savais même pas vraiment de quoi cela parlait avant de le prendre à la bibliothèque. Je ne saurais ecpliquer pourquoi je l'avais noté (ah, les mystères de l'inconscient) et encore moins pourquoi je l'ai lu maintenant alors que j'ai environ 15 romans qui me font beaucoup plus envie en ce moment. Bref...

Ce qui est sûr c'est que c'est très facile à lire et que la période estivale s'avère tout à fait appropriée pour lire ce genre de roman. Mais bon, je n'ai pas été très emballée par cette histoire d'amour virtuelle qui tourne quand même très vite en rond, qui donne envie de secouer les personnages. Et je me suis demandée comment l'auteur allait tenir 348 pages d'échanges d'emails autour du: On se voit ou pas?

J'ai failli abandonner plusieurs fois. Je suis quand même allée au bout car c'était facile et rapide à lire. Il parait qu'il y a une suite, La septième vague je crois. Vous aurez compris que je ne le tenterai même pas, mais juste par curiosité, si quelqu'un l'a lue, je veux bien savoir comment ça finit (par mail via mon formulaire de contact du blog, pour ne pas spoiler).

 

Ma note: star fullstar fullstar emptystar emptystar empty

 

voisins-voisines-version-curlz

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 06:00

latelierdesmiracles

Editions Jean-Claude Lattès - 2013- 266 pages

Millie, ving-trois ans, a décidé d'en finir. Prise dans l'incendie de son immeuble, elle trouve la bonne occasion de mettre un terme à ce mal-être qui la ronge et saute dans le vide. Elle en réchappe, est envoyée à l'hôpital pour se remettre sur pied.

Monsieur Mike, ancien militaire, vit dans la rue où sa carure imposante lui permet d'être à peu près tranquille dans cette jungle. C'est sans compter un autre SDF, le farfadet, qui a décidé d'en découdre et surtout de récupérer sa place sur les marches sous le porche. Après un passage à tabac en règle, Monsieu Mike est transporté à l'hôpital, sérieusement amoché.

Mariette Lambert est au bout du rouleau. La quarantaine passée, elle a de plus en plus de mal à gérer sa vie de prof, rythmée par les rancoeurs et les moqueries des élèves bien nés qui se croient tout permis. Un jour, la coupe est pleine: elle gifle un élève dans un couloir et le fait tomber. Persuadée de recevoir le soutien de son mari qui saura l'épauler dans cette épreuve difficile, elle constate avec effarement que tout le monde la rejette, y compris son mari, homme politique pour qui le moindre scandale pourrait mettre en péril sa carrière.

Ces trois personnes, sans aucun lien, vont rentrer en contact avec Jean, le président de l'Atelier qui n'a qu'une mission: aider les gens à trouver le bonheur.

Merci Valérie Tong Cuong! Voilà un livre qui fait du bien, ces histoires de deux femmes et d'un homme, malmenés par la vie, à la croisée des chemins, à qui on offre une seconde chance, postulat que l'on trouvait déjà dans Providence, un de ses précédents romans. Une main tendue, une oreille attentive, une incitation à la réflexion sur soi, c'est ce qui est proposé à ces pensionnaires pour leur permettre de rebondir. Trop beau pour être vrai? Je n'en dévoile pas plus...

A travers ces parcours, ce livre propose une ouverture, une amorce vers plusieurs thèmes: la culpabilité, la rédemption, l'estime de soi et des autres...Des thèmes classiques, abordés presque sans prétention, en tous cas sans en faire trop. On pourra lui reprocher d'être pétri de bons sentiments, d'user de facilités...qu'importe. Le lecteur prend ce qu'il veut en prendre, ne serait-ce que passer un bon moment de lecture, ce qui fut mon cas.

Et je suis définitivement charmée par l'écriture de l'auteure, qui m'a transportée tout au long du roman que j'ai eu du mal à lâcher: j'en lisais au début par petites touches, pour savourer, et j'ai fini par le lire d'une traite.

Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas ce qu'il m'en restera dans quelques mois, mais je me suis délectée à la lecture de ce livre. Encore une fois, ce livre m'a fait du bien, il a un petit côté salvateur de la morosité ambiante. Allez, j'ose le coup de coeur!

Ma note: essa

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 13:26

France 80

Editions Gallimard - 2010- 220 pages

 

1986, région de Nantes. Claire, treize ans, vient se s'installer avec ses parents et sa petite soeur Louisa dans un nouveau pavillon à Rézé, dans la banlieue nantaise. 

Patrick, vingt-sept ans, VRP, est en couple avec Nadine, mais l'un et l'autre ont bien du mal avec la fidélité du couple...

Deux personnages qui n'interagissent pas mais dont on suit les vies au milieu des années 1980.

 

Les années 80, c'est clairement tout l'intérêt du livre. Je suis née la même année que Louisa, la soeur de Claire, et je me suis retrouvée dans plein de choses. Ah, nostalgie, quand tu nous tiens. Tout y passe: les modes de communication, la mode et les looks, les marques, la musique...quitte à donner parfois l'impression d'énumération, pour placer dans une histoire tous ces détails qui caractérisent cette époque. 

Ceci dit, Gaëlle Bantégnie retranscrit très bien la façon de vivre de cette période, jusque dans les dialogues qui sonnent très justes (j'ai beaucoup ri lors de la partie de Trivial Pursuit), bref j'ai fait un bon de 25 ans en arrière, comme en feuilletant un album photos. De là à y voir une étude sociologique, faut pas pousser non plus.

Maintenant, je me demande comment réagiraient les jeunes générations à la lecture de ce livre; je ne suis pas sûre qu'elles accrocheraient.

Un bon petit livre si on a vécu cette époque, qui en plus se lit très bien. 

 

Ma note: star fullstar fullstar fullstar half fullstar empty

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 09:40

Contrecoup

 

Editions de l'Olivier - 2012 pour l'édition originale- 2013 pour l'édition française - 173 pages

 

En Angleterre, de nos jours. La narratrice, écrivain, mère de deux filles, vient de rompre avec son mari. Partant de cette situation, elle offre dans ce livre des réflexions, une analyse sur ce que signifie le couple, l'individualité dans la vie à deux, son rôle de mère et d'épouse, sa vie sociale, les responsabilités mais aussi l'état d'esprit dans lequel on est à la suite d'une rupture sentimentale.

 

Il y a six mois, je n'aurais même pas regardé ce genre de livres; pas pour moi me serais-je dit. Aujourd'hui, les choses sont bien différentes. Certains livres trouvent alors un écho en vous, vous vous dites: "Voilà un sujet qui devrait me parler". Ce livre est un témoignage, voire un essai sur tous ces thèmes. L'auteure traite effectivement de ce qu'on vit en étant en couple, ce qu'on en laisse paraître aussi, ce vernis qui masque les imperfections. Sur le choc que représente une séparation: le choc individuel et cette nouvelle vie qu'il faut apprendre, avec ses enfants. 

Pour être honnête, j'ai décroché plusieurs fois dans les réflexions de la narratrice. Celle-ci utilise des références mythologiques, religieuses ou littéraires pour illustrer son propos, pour comparer des situations. Le procédé est intéressant mais il ne m'a pas vraiment accrochée.

En revanche, certaines phrases m'ont beaucoup touchée car je m'y suis retrouvée, elles m'ont parlé. Elles traduisent bien, comme le roman dans son ensemble, des questions qui peuvent animer une femme qui voit son couple voler en éclat. Je vous en propose un florilège qui illustre l'ensemble de la thématique du livre.

 

- "Mon mari et moi nous sommes séparés il y a peu, et en quelques semaines, la vie que nous avions construite a été brisée, tel un puzzle réduit à un tas de pièces aux formes irrégulières." p. 9

Je trouve cette image tout à fait juste.

- sur le partage des "tâches" (enfants, entretien de la maison...), son mari l'aide:

"L'aide est proposée par une personne rendant des services en dehors de sa sphère de responsabilité, par bonté de coeur." p.32

 

- sur la condition des femmes au foyer et fières de l'être:

" Mais, ne doutons pas qu'elle est ravie que sa fille ait la meilleure note à son contrôle de maths, soit acceptée à Cambridge, devienne physicienne nucléaire. Le souhaite-t-elle pour sa fille, ce privilège, cette vie passée à la maison avec les enfants telle que la mènent les femmes depuis la nuit des temps." p.27

 

- sur l'intimité des couples et leur expression:

" Dans un mariage, l'intérieur est le lieu où l'intimité se déploie, où les couples se disputent, font l'amour, où ils sont honnêtes, où ils sont donc "vrais". La plupart des mariages affichent un visage public, une part de représentation, comme le corps a sa peau. (...) Les gens sont en état de choc face au cancer, si invisible et silencieux, comme ils le sont face à la séparation d'un couple qui n'a jamais exhibé ses tensions internes." p.65

 

Ma note: star fullstar fullstar half fullstar emptystar empty

voisins-voisines-version-curlz

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 12:50

canisses

Editions L'Atelier n°8 - 2012- 84 pages

 

Et si le destin d'une vie ne tenait qu'au choix d'une maison? C'est ce que se dit ce père de famille qui vient de perdre sa femme, décédée d'un cancer. Le voici seul avec ses deux garçons et se met à observer ses voisins, à travers ses cannisses, cette petite famille modèle qui occupe la maison que sa femme préférait par rapport à celle qu'ils avaient finalement choisi. Et s'il avait écouté sa femme, les choses auraient-elles été autrement? 

Montée en puissance d'une obsession qui tourne à la folie mais qui parait tout ce qu'il y a de plus normal, de plus légitime pour le principal intéressé.

Ce petit livre, présenté comme une nouvelle, est un régal. Je n'avais jamais lu de livres de Marcus Malte et j'ai direct accroché avec son style, sa façon de raconter. On est tout de suite pris dans l'histoire, se demandant jusqu'où tout cela va aller. Sans dire que le personnage est attachant, on éprouve cependant de l'empathie, parfois de la pitié mais aussi de la méfiance  et de l'incompréhension face à cette obsession qui va crescendo. Marcus Malte glisse quelques touches d'humour et réussit à mélanger dans ce court texte beaucoup de sentiments.

Un petit bijou que je vous recommande. 

Ma note: star fullstar fullstar fullstar fullstar full

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 13:22

La vie aux aguets

Editions Points - 2006 pour l'édition originale- 2008 pour l'édition poche- 395 pages

 

Angleterre, 1976. Ruth, 28 ans, est professeur d'anglais pour étudiants étrangers à l'unversité d'Oxford à l'ouest de Londres. Elle vit et élève seule son fils Jochen, cinq ans. Elle rend régulièrement visite à sa mère, Sally, alors veuve, qui habite un cottage paisible dans un petit village à une cinquantaine de kilomètres. Depuis quelques temps, Ruth trouve sa mère préoccupée, sur ses gardes. Sal lui confie en effet qu'elle n'est pas tranquille, et remet à sa fille un journal intime et des documents qui relatent sa vie d'espionne à la veille et au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

Sal, de son vrai nom Eva Delectorskaya vit avec son père à Paris et assiste aux obsèques de son frère Kolya qui vient d'être assassiné. Elle apprend alors que ce dernier travaillait pour les services secrets britanniques. Lucas Romer, son chef de groupe, demande alors à Eva de remplacer son frère. Mission qu'elle accepte et qui l'entraîne d'abord en Belgique puis aux Etats-Unis où elle apprend les codes et rudiments propres aux agents secrets. L'objectif est clair:

"Un système britannique de renseignements complet en plein Manhattan, des centaines d'agents, tous s'efforçant de persuader l'Amérique de participer à la guerre en Europe malgré les objections expresses et fermes de la population des Etats-Unis." p.237

Les chapitres alternent entre la vie présente de Ruth et la vie passée d'Eva. Cette construction est intéressante car on passe d'une époque à une autre. Je dois dire que l'histoire consacrée à Eva a parfois été opaque pour moi: les différentes organisations secrètes, les sigles, les stratégies...Je m'y suis parfois un peu perdue mais rien de bloquant non plus. On arrive à suivre la trame de l'histoire malgré tout. Et puis on apprend des choses sur les missions de ces agents de renseignements, vivant en permanence dans la suspicion, la méfiance, même des membres de leur groupe. D'où la difficulté à nouer des relations humaines, à vivre l'amitié et l'amour, comme un sacrifice au profit d'une vie solitaire. L'auteur décrit très bien cet état où tout doit être vérifié, où l'on se sent traqué, à la limite de la paranoïa parfois. Une vie aux aguets...

Et puis il y a la vie de Ruth qui découvre le passé totalement insoupçonné de sa mère, laquelle la charge de retrouver Lucas Romer, créant ainsi un lien entre le passé et le présent. Ruth qui essaie de mener sa vie, avec son fils, abandonnée par le père déjà marié et volage, qui vit un peu au jour le jour, sans trop se poser de questions. Ses rapports avec sa mère, qu'elle n'appelle pas maman mais par son prénom. Sa mère qui lui confie l'étrange mission de retrouver Lucas Romer.

Ce roman propose donc deux portraits de femmes, mère et fille, chacune avec ses mystères, ses blessures, bref son histoire.

Et il nous éclaire sur un épisode peu connu de la Seconde Guerre Mondiale, celui de la volonté farouche de l'Angleterre à faire entrer en guerre les Etas-Unis à ses côtés, contre l'Allemagne nazie. Un service d'esîonnage a donc été créé à cet effet, usant de méthodes parfois peu scrupuleuses: propagation de fausses informations via des agences de presse, fabrication de documents...

Voilà un roman, un auteur auxquels on ne peut rien vraiment reprocher, c'est bien écrit, travaillé. Mais mon intérêt a faibli par moments et pourtant ce que j'ai ressenti comme des longueurs me paraissent nécessaires à l'histoire. Bref c'est un peu confus comme impression de lecture, comme beaucoup de choses d'ailleurs dans ma vie et dans ma tête en ce moment.

Cela me permet de rajouter un livre au challenge Voisins Voisines 2013 puisque William Boyd est Anglais, et d'avoir découvert un nouvel auteur.

Ma note :star fullstar fullstar fullstar half fullstar empty

voisins-voisines-version-curlz Challenge 13 auteurs

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 09:11

Tragédies salutaires

Mon petit éditeur - 2012-107 pages

 

Lorsque Dario Bicchielli m'a contactée pour que je lise son tout premier recueil de nouvelles afin que j'en fasse un billet sur mon blog, je me suis dit :"Aïe aïe aïe, il n'a pas frappé à la bonne porte". Car je n'aime pas trop les nouvelles, les rares que j'ai lues me paraissent ou trop longues ou pas assez, bref je reste souvent avec un sentiment d'insatisfaction. Seules quelques nouvelles de Maupassant m'ont laissé un souvenir de lecture agréable. Enfin, j'ai voulu tenter quand même, un premier livre c'est quand même quelque chose pour un auteur.

Et j'ai passé un bon moment. Cinq nouvelles entrecoupées d'interludes ou de poèmes. Commençons par ceux-là: certains sont véritablement savoureux, j'ai vraiment ri avec Un hôte tendu par un convive inattendu. L'auteur aime les mots et ça se sent . Ces interludes sont pour lui l'occasion de se livrer à de véritables exercices de style, que peuvent sans doute lui permettre le format du recueil de nouvelles.

Pour les nouvelles, elles ont toutes un fond tragique, où l'Homme se retrouve à un moment charnière, où la mort rôde. On y retrouve le style riche de l'auteur, très agréable à lire. Je dois dire pourtant que j'ai été moins convaincue par le fond. Mais même si je n'étais pas forcément accrochée, j'ai toujours eu envie d'aller jusqu'au bout. Une se détache du lot, Le miel et le vinaigre, l'histoire d'un enfant de 10 ans qui vit une aventure singulière, entre rêve et réalité. Je l'ai trouvé pleine de tendresse et de douceur.

Un bilan donc plutôt positif, une jolie surprise, même si je reste encore frileuse avec les nouvelles. Un auteur qui aime les mots et possède une plume, des débuts très prometteurs pour cet auteur belge de 27 ans (et merci pour l'envoi!).

Site de l'auteur: http://www.dariobicchielli.com/

Ma note: star fullstar fullstar fullstar emptystar empty

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 17:03

les trois lumières

Editions Sabine Wespieser - 2011 (pour l'édition française)- 100 pages

En Irlande, à une époque indéterminée, à la campagne. Une fillette est emmenée par son père chez son oncle et sa tante, chez qui elle va vivre le temps de l'arrivée d'un nouveau bébé dans la famille. D'abord méfiante, elle se sent de mieux en mieux auprès de ces gens bienveillants et attentionnés, des sentiments jusque là inconnus pour elle. 

Ce livre se lit très bien, très vite, l'affaire d'une heure ou deux. On y ressent de la sensibilité, l'histoire est servie par une plume fine et délicate. On peut aussi parler d'esthétisme, on effleure les choses, les sentiments. Il y a aussi un certain suspens car le lecteur se demande quelle tournure vont prendre les choses. Cette douceur préfigure-t-elle un drame à venir? passé?

Très bien, mais voilà, pour moi, il s'agit d'une nouvelle et pas d'un roman. Je suis vraiment restée sur ma faim, les choses sont très souvent suggérées ce qui est une qualité lorsque c'est maitrisé mais parfois un défaut car j'ai eu l'impression de survoler cette histoire. J'aurais voulu plus de profondeur, d'explications, ce qui n'est clairement pas la volonté de l'auteure. De plus, la réaction des personnages est quelquefois déroutante. 

Un petit goût d'inachevé.

 

Ma note: star fullstar fullstar fullstar emptystar empty

 

voisins-voisines-version-curlz

 

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 10:55

lettre-allait-changer-destin-harold-fry-arriva-mardi

 

XO Editions - 2012- 362 pages

 

Harold Fry, la soixantaine, vit avec sa femme Maureen dans un petit pavillon à Kingsbridge, au sud de l'Angleterre. Ancien représentant dans les pubs et brasseries, il est à la retraite depuis six mois. Ce matin-là, il reçoit une lettre d'une ancienne collègue comptable, Queenie Hennessy, lui annonçant qu'elle souffre d'un cancer qui la condamne à court terme. Parti pour poster sa réponse à la première boite aux lettres qu'il trouvera, il décide finalement de se mettre en route pour Berwick, à 800 km au nord du pays, à l'hôpital où se trouve Queenie, en soins palliatifs.

 

Cette histoire peut s'apparenter à une fable, une parabole. En tous cas, l'histoire d'un pélerinage, d'une rédemption, de la volonté d'un homme de se racheter non pas pour ce qu'il a pu faire par le passé, mais plutôt ce qu'il n'a pas été capable de faire dans sa vie d'homme, d'époux et de père. Ces attitudes qui amènent à fuir plutôt qu'à affronter la réalité, le poids des non-dits, d'une souffrance indicible.

J'ai été traversée par beaucoup de sentiments au cours de ma lecture. Tout le récit de la marche, qui prend une grande part du livre, m'a parfois lassée, ennuyée. Je me suis souvent sentie à côté. Harold fait des rencontres, c'est gentil à lire, sans plus.

Je me suis demandée alors si cela valait la peine d'aller au bout. Eh bien, oui. La fin est très réussie, les 30-40 dernières pages sont émouvantes, délicates, bref rien que pour cela ce livre mérite qu'on s'y attarde un peu, d'autant plus qu'il s'agit d'un premier roman.

La traduction du titre en français aurait mérité d'être un peu plus concis. Remarquez, on reste dans l'endurance d'une marche qui demande à trouver et reprendre son souffle. La quatrième de couverture n'est pas folichonne non plus.

Un avis mitigé mais il faut reconnaitre un souci d'originalité dans l'histoire, une délicatesse appréciable et une écriture honorable.

 

Ma note: star fullstar fullstar fullstar emptystar empty

 

voisins-voisines-version-curlz

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 10:22

9782354610210 Balancedanslescordes 2012web m

 

La Tengo Editions - 2012 - 190 pages

Tony a une passion dans la vie: la boxe. Il pratique ce sport depuis qu'il s'est installé dans la cité d'Aubervilliers avec sa mère alors qu'il est un jeune adolescent. Son oncle l'oriente vers cette discipline qui lui permettra de se défendre et d'être respecté dans cette société où seuls les plus forts s'en sortent. La boxe c'est son moteur, comme celui de réussir le premier combat pro qu'il doit livrer dans quelques semaines. A côté, il travaille au garage de son oncle.

Tony ne cherche pas les histoires, il mène sa vie mais il lui faut gérer sa mère, qui se drogue et se prostitue occasionnellement, et qui s'attire des ennuis. Un soir, elle se fait sévèrement tabasser par un dealer. Tony, assoiffé de vengeance, demande de l'aide à Miguel, le caïd du coin. Il met alors le doigt dans un engrenage infernal.

Voilà le genre de livre duquel se dégage une tension presque angoissante. On sent que tout ça va mal finir. Cette histoire met en scène des personnages aux destins et aux vies disons chaotiques. Tony, lui, n'a même pas une réelle volonté de s'en sortir (et d'ailleurs comment?) mais juste sauver sa peau, survivre dans cette jungle. Jérémie Guez apporte une vision assez pessismiste, qui traduit une sorte de déterminisme qui fait que le quartier et ses fréquentations rattrapent tôt ou tard même ceux qui ont la meilleure volonté du monde. 

Style coup de poing (c'est le cas de le dire!), langage familier, récit maitrisé. La couverture est très bien choisie et illustre vraiment bien l'histoire. Quelques fautes d'orthographe à déplorer (je fais une fixation, je sais, mais c'est plus fort que moi) mais je passe car il s'agit d'une petite maison d'éditions.

Ma note : star fullstar fullstar fullstar fullstar empty

Repost 0
Published by monpetitchapitre - dans Roman
commenter cet article

Présentation

  • : Mon petit chapitre par Anne
  •  Mon petit chapitre par Anne
  • : Faire partager ma passion des livres et la joie que me procure la lecture. Et échanger avec vous impressions, conseils, coups de coeur...A bientôt
  • Contact

Sur le feu

 

Recherche

Index des auteurs

Lectures communes

Challenges

Challenges auxquels je participe:

voisins-voisines-version-curlz
 

Voisins Voisines 2013 chez Anne

1. La compagnie des menteurs de Karen Maitland (Angleterre)

2. La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...de Rachel Joyce (Angleterre)

3. Les trois lumières de Claire Keegan (Irlande)

4. La vie aux aguets de William Boyd (Angleterre)

5. Froid mortel de Johan Theorin (Suède)

6. Contrecoup de Rachel Cusk (Angleterre)

7. Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (Autriche)

8. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen (Danemark)

9. La maison des chagrins de Victor Del Arbol (Espagne)

 

Voisins voisines 2014

 

Voisins Voisines 2014 chez A propos des livres

1. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard (Angleterre)

2. L'heure trouble de Johan Theorin (Suède)

3. L'Exception de Audur Ava Olafsdottir (Islande)

4. L'oubli d'Emma Healey (Angleterre)

5. La faute de Paula Daly (Angleterre)

6. Le violoniste de Mechtild Borrmann (Allemagne)

1. Le village de Dan Smith (Angleterre)

2. La ferme de Tom Rob Smith (Angleterre)

3. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza (Espagne)

      Challenge 13 auteurs

13 auteurs chez La vie telle qu'elle me passionne

1. Karine Giebel : Les morsures de l'ombre

2. William Boyd: La vie aux aguets

3. Thomas H.Cook

4. Anne Percin: Le premier été

5. Karen Maitland: La compagnie des menteurs

6. Ron Rash: Le monde à l'endroit

7. Marie-Hélène Lafon

8. Fabienne Juhel

9. Jo Nesbo

10. Laura Kasischke: Esprit d'hiver

11. R-J Ellory

12. Jussi Adler-Olsen: Miséricorde

13. Olivier Adam

 

J'ai l'impression que ce challenge n'est pas reconduit cette année mais j'ai bien envie de le poursuivre à titre individuel. Voici la liste établie pour 2014:

 

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Olivier Adam: Des vents contraires

6. Pascal Garnier

7. Linwood Barclay: Fenêtre sur crime

8. Joyce Maynard: Long week-end

9. Hélène Grémillon: Le confident

10. Lionel Salaun

11. Ryan David Jahn

12. Saphia Azzedine

13. Delphine De Vigan

10 auteurs que j'ai envie de découvrir en 2015:

1. Thomas H.Cook

2. Fabienne Juhel

3. Jo Nesbo

4. R-J Ellory

5. Pascal Garnier

6. Lionel Salaun

7. Ryan David Jahn

8. Silvia Avallone

9. Marie-Sabine Roger

10. Claire Favan

 

 

 

Challenge Polars et Thrillers 2013-2014

Challenge Thrillers et Polars 2013-2014 chez Liliba

1. Black coffee de Sophie Loubière

2. Elvis et la vertu de Frantz Delplanque

3. Miséricorde de Jussi Adler-Olsen

4. Le dernier Lapon de Olivier Truc

5. La maison des chagrins de Victor Del Arbol

6. Le secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

7. L'appel du coucou de Robert Galbraith

8. Vilaines filles de Megan Abbott

9. Purgatoire des innocents de Karine Giébel

10. La Peur elle-même de Laura Sadowski

11. L'homme qui a vu l'homme de Marin Ledun

12. L'heure trouble de Johan Theorin

Challenge Thrillers et Polars 2014-2015 chez Liliba

1. L'oubli d'Emma Healey

2. Fenêtre sur crime de Linwood Barclay

3. La faute de Paula Daly

4. Le violoniste de Mechtild Borrmann

5. Le village de Dan Smith

6. Atomka de Franck Thilliez

7. Angor de Franck Thilliez

8. La cible d'Howard Gordon

9. Sans faille de Valentin Musso

 

Challenge Thrillers et polars 2015-2016 chez Sharon

1. Les nuits de Reykjavik d'Arnaldur Indridason

2. Arrêtez-moi de Lisa Gardner

3. L'affaire des coupeurs de têtes de Moussa Konaté

4. La ferme de Tom Rob Smith

5. Le bourreau de Gaudi de Aro Sainz de la Maza

6. Derrière la haine de Barbara Abel

7. L'enfer de Church Street de Jake Hinkson

8. Am stram gram de M.J.Arlidge

9. Un vent de cendres de Sandrine Collette

10. Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

11. Le tailleur de pierre de Camilla Läckberg

12. Les visages écrasés de Marin Ledun

 

 

 

Où Je Chine...